[display_podcast]

 

L’idée même de créer, c’est-à-dire de produire quelque chose à partir de rien, n’est-elle pas absurde ?

Alexis : « Cela dépend de ce que l’on entend par « Création ». Si créer, c’est produire quelque chose à partir de rien, c’est en effet absurde. Ce que nous constatons quotidiennement, c’est que tout est produit à partir de quelque chose de préexistant. Selon la célèbre formule du chimiste Lavoisier : « rien ne se créé, rien ne se perd, tout se transforme ». Cette conception de la Création reviendrait à dire qu’il y eu un effet sans cause. C’est une violation du principe de rationnel de causalité, selon lequel il n’y a pas d’effet sans cause, la cause étant ce qui explique et donne réalité à l’effet. Or avec un tel concept de création, il n’y avait rien, pas de cause, et soudainement, par hasard, il y a quelque chose, un effet. Une telle conception de la création est effectivement irrationnelle et en plus de cela, elle n’est pas biblique. »

Pourtant ne dit-on pas que la théologie chrétienne affirme une création ex-nihilo, c’est-à-dire que Dieu a créé l’univers à partir de rien ?

Alexis : « Il faut bien comprendre ce que le récit Biblique entend par le mot « création ». « Avant » la Création, s’il l’on peut se permettre de parler d’un « avant » de la temporalité (ce qui en soi n’a pas de sens), il n’y avait rien. C’est bien ce que dit la Bible : « il n’y avait pas encore la moindre particule de poussière dans le monde » (Proverbe 8.26). Il n’y avait pas même de ténèbres (Psaumes 45.7). Dieu n’a eu besoin d’aucun matériau préexistant. Néanmoins, cela ne signifie pas qu’il a fait du néant quelque chose, le néant c’est rien et sans cause on n’a pas d’effet. En réalité, Dieu a créé l’univers à partir de sa parole et de son souffle, d’après le récit biblique. Prenons le cas de la création de l’homme qui est un parfait exemple (Genèse 2.7). Dieu prend de la poussière, poussière qui vient de la terre créée par la parole de Dieu. Il y a donc déjà quelque chose, de la poussière. A cela, Dieu ajoute son souffle. Le souffle c’est encore quelque chose. L’homme a donc été créé à partir de la poussière et du souffle de Dieu. Prenons encore l’exemple de la femme, elle aussi est créé (Genèse 1.27), elle est créé à partir de l’homme (Genèse 2.22). Donc Dieu ne créé pas à partir de strictement rien, mais il n’a besoin de rien d’autre que lui-même pour créé : il est la cause pleine et suffisante de l’univers. »

Cela veut-il dire que la signification profonde du mot « créer », c’est produire à partir de rien d’autre que soi ?

Alexis : « Non, la « création » signifie plutôt un acte extraordinaire, c’est-à-dire non pas irrationnel mais nouveau et surprenant. Le mot employé pour désigner le fait de créer en hébreu, c’est bara. Il est présent dès le premier verset de la Bible : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre » (Genèse 1.1). Il désigne aussi toute l’œuvre des six jours (Genèse 2.3), qui est pourtant produite à partir d’élément préexistants, qui bien que créés par Dieu étaient distincts de Dieu. Parfois, la préexistence est encore plus évidente selon le contexte des textes bibliques. Par exemple, lorsque Dieu dit qu’il créé le peuple d’Israël (Psaumes 102.18 ; Esaïe 43.1 ; 43.7 ; 43.15), il ne veut pas dire par là qu’il a produit Israël à partir de rien alors qu’Israël vient d’Abraham et plus particulièrement de Jacob, mais plutôt qu’il a fait de ce peuple quelque chose d’extraordinaire, c’est-à-dire de différent de tous les autres peuples. Lorsque la Bible dit encore que Dieu va créer la louange sur les lèvres (voir Esaïe 57.19 en hébreu), c’est pourtant bien à partir d’une langue et de ces lèvres préexistantes que cette louange sera prononcée, mais elle sera nouvelle. Dieu prie : « O Dieu, crée en moi un cœur pur, renouvelle en moi un esprit bien disposé ! » (Psaume 51.10). Dans l’Ancien Testament, le mot « créer » est régulièrement associé au thème de la nouveauté (Es 48.6 ; 65.17 ; Jr 31.22 ; Ps 51.12 ; 104.30) et du merveilleux (Ex 34.10, Nb 16.30). Dans le Nouveau Testament, l’association de la création à la nouveauté est encore plus forte. Pour résumer, « créer » ce n’est pas produire à partir de rien, ni nécessairement à partir de soi même si ce fut le cas pour la Création de l’univers, mais c’est surtout faire quelque chose d’extraordinaire, que seul Dieu peut faire. »

Les commentaires sont clos.