Anaxagore (Ve s. av. J.-C.)

Anaxagore (Ve s. av. J.-C.)

C.K. : « Comment Anaxagore en vient-il à penser Dieu ? »

Alexis Masson : « Pour Anaxagore, l’univers est infini. En effet, d’après l’un de ses principes : toute chose est à la fois la composante d’une autre chose qui est plus grande, et composée de d’autres choses qui sont plus petites. L’univers est donc infini aussi bien d’un point de vue microcosmique que macrocosmique. L’univers n’est pas seulement infini dans son étendue spatiale, il l’est aussi dans sa durée temporelle. En effet : « rien ne naît ou n’est détruit, mais il y a mélange et séparation des choses qui sont. » Ce principe permet de conclure que l’univers a toujours existé, il est sempiternel, il ne fait que de se transformer. Mais il permet également de conclure qu’il y a une différence entre la matière et la forme que celle-ci revêt : la matière subsiste mais la forme change. Même si le vocabulaire n’est pas encore tout à fait en place, ce qui viendra avec Platon, les idées sont déjà là. La question est alors : si la matière subsiste toujours, d’où vient la forme qui elle apparaît et disparaît ? D’où viennent le changement et l’ordre dans la nature ? »

C.K. : « Ce doit être là qu’intervient Dieu… »

A.M. : « Tout à fait. Le changement et l’ordre viennent de ce qu’Anaxagore appelle « Intelligence » (en grec : nous), que la postérité associera à Dieu. Au commencement, avant que l’Intelligence n’intervienne, l’univers était une masse infinie, informe et chaotique. L’Intelligence n’a pas créé la matière, mais elle est intervenue en séparant les choses les unes d’avec les autres et en y introduisant du mouvement et de la vie. La matière en elle-même est informe et inerte, l’Intelligence y introduit forme et mouvement. Mais son œuvre ne s’achèvera jamais, parce que l’univers est infini. Il est même possible, d’après Anaxagore, qu’il y ait d’autres univers que le notre. La tâche de l’Intelligence n’est donc pas aisée. »

C.K. : « A quoi ressemble précisément Dieu d’après Anaxagore ? »

A.M. : « Dieu, ou l’Intelligence, est un être infini, indépendant, distinct de la matière, omniscient (c’est-à-dire : sachant tout) et omnipotent (c’est-à-dire : tout-puissant), qui domine et gouverne l’univers. Il est infini, en ce sens où il remplit la totalité de l’espace et du temps qui sont eux-mêmes infinis. En d’autres termes, il est omniprésent (c’est-à-dire : partout) et sempiternel (c’est-à-dire : d’une durée qui est sans commencement et sans fin dans le temps). Sa puissance est absolue, et pourtant cela il doit être absolument indépendant de toute chose, distinct même de la matière. S’il était attaché à la moindre chose, au moindre corps, il serait en effet dépendant de lui et ne serait donc pas absolument omnipotent. Deux autres arguments étaient donnés dans l’Antiquité : d’une part le corps influence l’intelligence par les organes sensoriels, au risque de provoquer en lui des erreurs ; ensuite, le corps influence l’intelligence par la maladie et l’humeur. Quoi qu’il en soit, pour être absolument autonome et indépendant, l’Intelligence doit être distincte de la matière. Mais dans la mesure où elle est omniprésente, elle pénètre la matière, sinon même la nature toute entière. C’est, d’après Anaxagore, une substance très subtile et très pure. C’est l’Intelligence qui distingue, forme et met en mouvement toute chose. Elle est omnipotente. Et de ce fait, dans la mesure où c’est elle qui agit, elle connaît absolument toute chose, elle est omnisciente. Même les choses à venir lui sont connues par avance, en déduisant les effets par les causes, l’univers étant totalement rationnel. Et dans la mesure où l’Intelligence est omnisciente, elle se connaît elle-même. L’Intelligence d’Anaxagore est une véritable personne qui pénètre tout, connaît tout et dirige tout. »

C.K. : « Le Dieu d’Anaxagore ressemble beaucoup au Dieu des monothéismes… »

A.M. : « C’est partiellement vrai. Anaxagore propose bien un Dieu unique et infini, omniprésent, omnipotent et omniscient. C’est d’ailleurs parce qu’il propose une philosophie monothéiste, qu’il a été accusé d’impiété et chassé d’Athènes parce qu’il avait dit que « le soleil est une masse ardente, plus grande que le Péloponnèse ». Autrement dit : le soleil n’est pas un dieu. La nature est désacralisée. Même s’il est présent dans la nature, il en est distinct. Néanmoins, le Dieu d’Anaxagore forme l’univers sans aucune intention, il ne poursuit aucun but. Les explications d’Anaxagore sont purement mécanistes, il explique comment Dieu forme l’univers, mais non pas pourquoi. Toujours concernant l’œuvre divine, le Dieu d’Anaxagore n’est pas créateur, il ne fait que former l’univers. Anaxagore interdit l’émanation de la matière à partir de sa propre nature. Du même coup, le Dieu d’Anaxagore connaît une véritable altérité et une certaine impuissance face à la matière. Si l’on revient à la nature de Dieu en lui-même, on ne comprend pas pourquoi Dieu former à partir d’un moment donné l’univers. Dans le Christianisme, explique Augustin, Dieu est éternel, c’est-à-dire intemporel, il n’y a pas d’avant la Création, la question ne se pose pas, Dieu ne choisi pas à moment donné de créer plutôt qu’à un autre. Ici, avec un Dieu temporel, on ne comprend pas. Enfin, on pourrait encore ajouter une critique concernant le processus de prise de conscience de soi, qui ignore la nécessité de l’intersubjectivité. C’est un problème que nous retrouverons au cours de l’histoire de la pensée. »

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.