Dieu est-il incompréhensible ? (Saison 3)

Dieu est-il incompréhensible ? (Saison 3)

C. KESSLER – « Dieu est-il incompréhensible ? C’est la question que nous allons étudier dans cette émission Epistheo, avec le philosophe Alexis Masson. Tout d’abord, peut-être devrions-nous définir ce que signifie « être incompréhensible » ? »

A. MASSON – « Absolument, sinon nous risquerions de répondre à côté. Ce qui est incompréhensible, c’est ce qui ne peut pas être compris. Et nous comprenons une chose lorsque nous avons une idée adéquate de cette chose, de telle sorte que nous puissions la décrire et la distinguer des autres choses, autrement dit en proposer une définition. Je comprends ce qu’est un chien, parce que je suis capable de le définir (« animal aboyant ») et ainsi de ne pas le confondre avec autre chose (par exemple un chat, qui est un « animal miaulant »). »

C. KESSLER – « Est-il possible de croire ce que l’on ne comprend pas ? »

A. MASSON – « Non, car la croyance porte exclusivement sur ce qui est compris. Si je dis qu’il y a un microphone devant moi, tout le monde peut le comprendre et le croire. Mais si je dis que ce microphone est cardioïde, peu de monde peut le comprendre et donc le croire. On pourrait toujours penser que je dis vrai. Mais dans ce cas de figure, on ne croit pas réellement que le microphone est cardioïde, mais seulement que je dis la vérité, ce qui est tout à fait différent. Car si j’avais dit que ce microphone n’est pas cardioïde mais canon, la croyance aurait le même contenu : à savoir, que je dis la vérité. Cette croyance ne porte donc pas sur le microphone mais seulement sur ma parole. »

C. KESSLER – « Justement ! Ne dit-on pas que Dieu est absolument incompréhensible ? »

A. MASSON – « Si c’était vrai, Dieu serait bien embarrassé, car il ne pourrait pas se comprendre lui-même. Or s’il ne se comprend pas, il n’est pas omniscient, il n’est donc pas vraiment… Dieu ! »

C. KESSLER – « Certes, mais Dieu n’est-il pas incompréhensible pour l’homme, lui qui est limité ? »

A. MASSON – « Ça c’est l’argument du « finitum non capax infiniti » : ce qui est fini ne peut pas contenir ce qui infini ; or l’homme est fini tandis que Dieu est infini ; donc l’homme est incapable de contenir Dieu. En soi, l’argument n’est pas faux, mais il est hors-sujet. En effet, il n’est pas question de la réalité de Dieu mais seulement de son idée. Si Dieu est infini, en revanche son idée ne l’est pas. L’idée de l’infini peut tenir en quelques mots : ce qui n’est pas fini. On peut aussi définir Dieu comme étant l’être absolu, c’est un être qui existe par lui-même, dont tout dépend et qui ne dépend de rien. L’idée de Dieu est donc finie, bien que sa réalité soit infinie. Il en va de même concernant l’idée d’éléphant, bien que l’animal soit très lourd, elle ne pèse rien, et on peut la comprendre. »

C. KESSLER – « Dans ce cas, pourquoi dit-on traditionnellement que Dieu est incompréhensible ? »

A. MASSON – « La théologie médiévale pensait en latin, langue dans laquelle comprehendere signifie « embrasser par la pensée », tout connaître d’une chose. Or il est évident que l’on ne peut pas tout connaître de Dieu. Il n’est déjà pas possible de connaître toutes les particules qui composent une mouche. Mais doit-on en conclure qu’il est impossible de comprendre une mouche ? Au sens contemporain du mot, pour la mouche comme pour Dieu, ce serait absurde. »

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.