Dieu est-il le fondement de la morale ?

Posted on: septembre 18, 2009
3 Commentaire(s)

[display_podcast]

Une morale peut-elle être consistante sans Dieu ?

Alexis : « Non, car Dieu est le seul fondement possible de la morale. En effet, qu’est-ce que la morale ? C’est l’ensemble des règles auxquelles l’action humaine doit se conformer. C’est la réponse à la question : « Que dois-je faire ? » En effet, la morale se définit par les notions de « Bien » et de « Mal », le « bien » c’est ce que je dois faire, tandis que le « mal » c’est ce que je ne dois pas faire. Et cette question implique elle-même deux autres questions : « Quel est le but de la vie ? » et « Comment dois-je y parvenir ? ». C’est un peu comme si nous étions des employés, nous devons accomplir quelque chose selon une méthode professionnelle. Dieu, dans ce cadre, est l’employeur. Avec Dieu, l’univers existe selon une certaine intention, à laquelle l’homme est créé pour se conformer. Si nous retirons Dieu, il n’y a plus d’intention à l’origine de toute existence, et l’homme est libre de toute moralité, car il n’a plus le devoir de se conformer à un but selon des moyens définis. Sans Dieu, l’univers n’as plus de finalité, il n’y a plus d’intentionnalité en lui, les choses ne sont que le produit de coïncidences mécaniques, il n’est rien demandé d’accomplir à l’homme dans un tel monde, il n’a pas de devoir. »

Pourtant il existe des morales auxquelles se conforment les athées. Les athées ne sont pas tous des voleurs, des violeurs et des tueurs…

Alexis : « Bien sûr, ce n’est pas parce que l’on est athée que l’on est nécessairement un voleur, un violeur ou un tueur. Il y a des athées qui participent à des œuvres caritatives et des chrétiens qui commettent de mauvaises actions. La question n’est pas là. La question n’est pas d’avoir une morale, une notion du bien et du mal. La question est celle du fondement de sa morale. Cette morale est-elle fondée ou arbitraire ? Pour un chrétien, il y a une intention dans le monde, il doit donc s’y conformer. Le fondement de sa morale, c’est cette intention qui lui ordonne d’agir de telle ou telle manière. En revanche, pour l’athée, il n’y a pas d’intention dans le monde. Alors sur quoi fonde-t-il sa morale ? S’il ne la fonde sur rien, elle est arbitraire. »

Ne peut-on pas fonder la moralité sur autre chose que Dieu ?

Alexis : « Toute morale se fonde sur une autorité qui établie des devoirs. Si Dieu est cette autorité, alors la morale est inscrite dans la nature même des choses qu’il a créées, elle est universelle et indiscutable. Mais si Dieu n’existe pas, il n’y a pas d’autorité absolue qui établisse un devoir transcendant le monde. Sans Dieu, la nature ne donne aucun ordre d’elle-même. La nature suit son chemin, sans viser aucune finalité. Il n’y a pas de devoir que l’on puisse fonder sur la nature.  Si l’homme dit : « il faut établir la morale sur ceci ou sur cela », son propos est déjà un propos moral, il ne propose donc aucun fondement, on tourne en rond, car on postule déjà qu’« il faut que… ». On ne peut pas dire que le fondement de la morale soit la morale, que la moral soit le résultat d’un postulat qui est déjà lui-même moral. Pourquoi devrait-il y avoir une morale ? Si la morale n’a pas d’autre fondement qu’elle-même, elle est arbitraire et détachée de la réalité, ce qui est un comble, car la morale sert à agir dans la réalité. Si la morale est détachée de la réalité, on peut tenter de la fonder sur la liberté humaine : l’homme a choisit d’être moral. Le problème, c’est qu’un devoir implique une contrainte. Or si l’homme choisit, c’est qu’il n’est pas contraint. Si l’homme est son propre chef, il n’a pas de devoir, ce n’est pas donc pas une morale. »

Si la morale des athées est sans fondement, son contenu n’est-il pas aussi touché ? Ou l’athée peut-il hériter le contenu moral du christianisme par exemple ?

Alexis : « Non, car l’athéisme supprime tout contenu positif dans la moralité. La morale édicte les principes d’actions. Il m’enseigne ce que je dois faire de ma vie, quel est son sens. Or la « moral » de la tolérance des athées a supprimé tous les contenus positifs du christianisme. Dieu a une intention, je dois m’y conformer. Mais dans l’athéisme, Dieu n’est pas, il n’y a donc pas d’autre intention que la mienne. Je suis libre de faire ce que je veux de ma vie. Les athées n’ont conservé que les règles négatives : « Fais ce que tu veux mais ne nuis pas à ton prochain ». Il n’y a pas de morale positive ici, il n’y a qu’une limitation de l’action. Que dois-je faire de ma vie ? La morale est sensé y répondre mais ici je ne sais pas. Cette morale est creuse, vide, elle ne dit rien. L’homme fait ce qu’il veut de sa vie, nécessairement il n’a plus de devoir, il ne doit plus conformer sa vie qu’avec ce qu’il désir faire de celle-ci. Or on ne peut pas dériver du désir la moindre action morale. Agir par désir n’est pas agir par devoir. Cela ne signifie pas que l’action de l’athée est immorale, mais elle est amorale, en dehors dans la morale, je n’ai ni mérite, ni blâme à faire ceci ou cela de ma vie. La morale athée est comme une voiture ayant des freins mais sans moteur, l’athée n’est moral que lorsqu’il se retient, lorsqu’il agit il est amoral. »

3 Réponses pour “Dieu est-il le fondement de la morale ?”

  1. AB101CFE dit:

    Article très intéressant qui souligne bien que la question morale pour les athées constitue une véritable aporie !

  2. damiana dit:

    qu’est ce que la vérité il y en a plusieurs?

  3. Masson Alexis dit:

    Bonjour Damiana,

    La vérité est l’adéquation du jugement à la réalité. Par exemple, l’énoncé « Il y a un ordinateur devant moi » n’est vrai que s’il y a effectivement un ordinateur devant moi. Que voulez-vous dire par « plusieurs vérités »?

    Cordialement.

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.