Jésus a-t-il réellement existé ? (Saison 3)

Jésus a-t-il réellement existé ? (Saison 3)

C. KESSLER – « L’historicité du Christ : c’est le thème que nous allons étudier dans cette émission Epistheo, avec le philosophe Alexis Masson. Jésus a-t-il réellement existé ? Quelles sont les preuves ? »

A. MASSON – « Tout d’abord, il y a les sources chrétiennes, qui affirment unanimement l’existence et la crucifixion du Christ. Les premiers écrits du Nouveau Testament datent au plus de l’an 50, soit un peu moins d’une vingtaine d’années après les faits. Le Christ y est décrit comme étant un personnage connu en Israël, ayant eu notamment des rapports conflictuels mémorables avec le clergé. Pour faire avorter la secte chrétienne, il aurait suffit aux Juifs de nier son existence. Mais la tradition juive reconnait son existence et sa crucifixion : « La tradition rapporte que la veille de Pâque, on a pendu Jésus (…) parce qu’il a pratiqué la magie et égaré Israël » (Sanhedrin 43a). De son vivant, Jésus était inconnu hors d’Israël, ce qui explique l’absence d’intérêt suscité chez les historiens contemporains. Mais en l’en 64, la communauté chrétienne de Rome est accusée à tord par Néron d’avoir provoqué le Grand incendie. En rapportant cet épisode, vers l’an 116, l’historien romain Tacite considère l’existence et la crucifixion de Jésus comme un fait historique : « Christ, qui sous le principat de Tibère, avait été livré au supplice par le procurateur Ponce Pilate » (Annales, 15, 44). Pour les historiens académiques contemporains, l’existence de Jésus ne fait aucun doute. »

C. KESSLER – « Sur quels arguments s’appuient ceux qui nient son existence ? »

A. MASSON – « La thèse mythiste, d’après laquelle Jésus de Nazareth n’a pas existé, n’apparaît qu’à la fin du XVIIIe siècle. Les mythistes soutiennent généralement que le Christ est une construction littéraire s’appuyant sur des prophéties ou des mythes antérieurs. Ils remettent en cause son existence en adoptant une méthode hypercritique. Ils s’appuient sur l’absence de sources contemporaines du Christ, sur les faiblesses et les contradictions entres les témoignages contenus dans le Nouveau Testament, et supposent généralement que l’Eglise catholique à falsifier tous les documents écrits par des historiens à l’époque du Christianisme naissant. Seulement, ils sont incapables d’expliquer pourquoi les adversaires du Christianisme n’ont jamais remis en question son existence. Surtout, la méthodologie des mythistes permet de nier même l’existence de Napoléon. Jean-Baptiste Pérès a démontré que Napoléon était une construction littéraire à partir de mythes antérieurs, et Richard Whately, qui était anglais, à démontré la faible crédibilité des sources. »

C. KESSLER – « Mais l’existence historique de Napoléon, elle, est absolument certaine ! »

A. MASSON – « Justement, il faut se méfier des certitudes. Autrefois, ne semblait-il pas évident que la terre était plate ? En réalité, la majorité des personnes qui sont convaincues que Napoléon a existé ne l’ont jamais vu. Nous avons plutôt affaire à des témoignages et on sait que les témoignages ne sont pas infaillibles. Les témoins peuvent se tromper. De plus, les témoignages sont essentiellement rapportés par des journaux de l’époque, et les journaux commettent souvent des erreurs. La plupart des articles sont écrits par des correspondants dont l’identité est incertaine. Les informations passent par toute une chaîne de personnes avant d’être publiées. Le risque que l’information se déforme est donc très grand. D’autant plus que les journaux avaient tout intérêt à amplifier les faits, si cela permettait de vendre davantage de journaux. Même le gouvernement britannique (Whately est anglais) avait intérêt à inventer une telle figure menaçante, afin de légitimer des augmentations d’impôts au titre de la défense nationale. Lorsqu’on examine la vie et les exploits de Napoléon, ils sont tellement extraordinaires qu’ils n’ont aucune crédibilité. Lorsqu’on étudie les témoignages, ils se contredisent sur les événements et les dates. Certains disent que c’est Napoléon qui a mené la charge sur le pont de Lodi, d’autres disent que c’est Augereau. Et on constate jusqu’à quatre heures d’écart, selon les témoins, sur l’heure à laquelle la charge de la cavalerie française a commencé à Waterloo. Napoléon est décrit par les uns comme un génie, par les autres comme un monstre ou un fou. Il ressemble à une composition mythologique de plusieurs personnages réels, comme c’était le cas pour les héros de l’antiquité. Si l’on doute de l’existence de Jésus, alors pour les mêmes raisons il faut douter de l’existence de Napoléon. »

Une Réponse pour “Jésus a-t-il réellement existé ? (Saison 3)”

  1. LOBEY dit:

    Excellente argumentation
    L’existence de JESUS comme homme n’est plus guère contestée
    Le vrai problème est de savoir qui était JESUS ?
    : un homme , envoyé par Dieu ( un prophète ) ou Dieu lui-même
    JCL

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.