La preuve de la Trinité par la conscience (Saison 3)

La preuve de la Trinité par la conscience (Saison 3)

C. KESSLER – « Pourquoi Dieu devrait-il être trinitaire ? C’est la question que nous allons étudier dans cette émission Epistheo, avec le philosophe Alexis Masson. Tout d’abord, qu’est-ce que la Trinité ? »

A. MASSON – « C’est une doctrine chrétienne d’après laquelle Dieu est un être tripersonnel. Les Chrétiens sont monothéistes, ils admettent qu’il n’y a qu’un seul Dieu. Toutefois, Dieu n’est pas qu’une seule personne, mais trois personnes. Pour le comprendre, les philosophes Moreland et Craig ont proposé l’analogie de Cerbère. Il s’agit d’un chien tricéphale dans la mythologie grecque. Dans la mesure où il n’a qu’un corps, il est un seul être, mais dans la mesure où il a trois têtes, il a trois consciences. De même, bien que Dieu n’ait pas de corps, il est un seul être spirituel, dans lequel il y a trois consciences. Ainsi, pour les Chrétiens, Dieu est un être tri-personnel. »

C. KESSLER – « Pourquoi Dieu serait-il un être en trois personnes ? »

A. MASSON – « Il existe plusieurs arguments en faveur de la Trinité, nous en avons déjà étudié un s’appuyant sur l’amour, dans une précédente émission. Il existe un autre type d’argument qui s’appuyant sur la contemplation ou la conscience de soi divine. Cet argument a connu de nombreux supporters parmi les philosophes et les théologiens : Keckermann, Edwards, Lessing, Martensen, Shedd, etc. D’après eux, la conscience de soi divine implique la Trinité. L’argument s’appuie sur une analogie de la nature de la conscience et de la conscience de soi. La conscience repose sur une dualité entre un sujet pensant à un objet pensé. En effet, la conscience est intentionnelle, elle est toujours conscience de quelque chose. La conscience de soi ajoute une étape supplémentaire, elle consiste à identifier le sujet pensant et l’objet pensé. Ma conscience s’identifie à son objet, l’idée qu’elle se fait d’elle-même. Il en va de même pour Dieu, à la différence que la nature de la pensée divine est différente de la notre. En effet, lorsque nous pensons une chose, notre pensée n’est pas la chose. En revanche, Dieu est un être transcendant, sa pensée produit la réalité. En Dieu, la pensée et la réalité sont une même chose. Par conséquent, en pensant à sa propre conscience, dans la mesure où il la pense existante, la conscience de Dieu se dédouble. Dieu a deux consciences, une fois en tant que sujet, une autre fois en tant qu’objet. Mais ce sont alors deux réalités distinctes, il faut que Dieu les identifient comme étant consciences du même être. Il faut donc que Dieu les prenne toutes les deux pour objet. Il faut donc une troisième conscience, qui soit le sujet qui prenne les deux premières pour objets. Ainsi, chacune des consciences peut identifier les deux autres et les informer, de telle sorte que chacune des consciences s’informe mutuellement. Certains philosophes antiques avaient préféré nier toute conscience de soi en Dieu, craignant la pluralité qu’elle impliquait. Je pense en particulier à Plotin. Les philosophes chrétiens, eux, l’ont admis sans peine, probablement aidés par la révélation. On retrouve de ce type de réflexion chez Augustin, Anselme et Leibniz. »

C. KESSLER – « Et pourquoi devrait-il y avoir trois personnes précisément ? »

A. MASSON – « Parce que Dieu est nécessaire, il est déterminé par sa seule nature. S’il faut qu’il y ait en Dieu trois consciences, c’est en raison de la perfection de sa nature, qui implique la conscience de soi. Mais une quatrième conscience, voir davantage, introduirait de la contingence en Dieu, c’est-à-dire que cette existence serait déterminée par autre chose que la nature divine elle-même. Par conséquent, Dieu est un être en trois personnes, ni une de plus, ni une de moins. »

6 Réponses pour “La preuve de la Trinité par la conscience (Saison 3)”

  1. Sebaneau dit:

    L’idée comme quoi il y aurait « trois consciences » en Dieu implique qu’Il serait divisé, ce que la métaphysique démontre faux de l’Etre absolu.

    On est plus vraisemblablement l’habituelle mauvaise traduction, en l’espèce du latin.
    « Persona » ne veut pas y dire « personne » mais « masque de comédie, servant de porte-voix ».
    http://www.prima-elementa.fr/Dico-p05.html

    Il faut bien qu’à notre conscience à nous, Il se manifeste d’une manière ou d’une autre.

  2. Masson Alexis dit:

    Bonjour Sebaneau,

    Le fait qu’il y ait trois consciences n’implique pas que Dieu soit divisé. J’ai abordé cette question dans l’émission sur la simplicité divine. Il existe plusieurs types de distinctions : formelle et réelle. Toutes les proppriétés sont formellement distinctes en Dieu, mais non réellement. Par exemple, Dieu est totalement puissance et totalement amour, toute sa puissance est amour et tout son amour est puissance. Mais l’amour et la puissance ne signifient pas la même chose, ce sont des propriétés différentes. De même, les trois personnes sont entièrement Dieu et ne le divisent pas, pourtant elles sont distinctes.

    Pour ma part, je pense la Trinité à partir de la raison, plutôt qu’à partir de la révélation. C’est parce que j’ai découvert rationnellement la Trinité que j’ai adhérer à la révélation chrétienne. La question donc du latin « persona » est tout à fait contingente.

    Alexis.

  3. Boulahia dit:

    Dieu qui prend sa propre conscience pour objet de sa pensée, j’avoue que je suis pour le moins perplexe. Par contre, la remarque de Sebaneau sur la traduction du latin « personna » par masque porte voix me paraît judicieuse. La Trinité ne serait alors qu’un cas particulier de la pluralité des perceptions possibles de Dieu l’Unique.
    Un exemple : considérons un cube. Il a six faces qui peuvent être marquées par des points comme un dé à jouer ou par des couleurs. Il n’y a bien qu’un seul cube mais je peux en apercevoir une face ou deux ou trois mais jamais toutes les six à la fois. De même pour Dieu, je peux être sensible à son aspect paternel ou maternel, à sa manifestation par le sillage d’un homme disons habité par Lui, ou bien être porté au dessus de moi par une inspiration ou une motion qui me viendrait de Lui. Cela fait trois faces accessibles si je considère les aspects paternels et maternels comme exclusifs (Jésus parlait de Dieu comme son Père, jamais comme sa Mère). Mais d’autres faces sont accessibles, par exemple Dieu comme un enfant, le petit Jésus, ou comme un époux ainsi que le font certaines religieuses catholiques qui portent une alliance à la main droite.

  4. Masson Alexis dit:

    Bonjour Boulahia,

    Vous adoptez donc une posture plutôt modaliste. Et que pensez-vous de la preuve par l’amour ? L’amour implique un sujet et un objet, donc une pluralité de personnes, surtout dans la perspective où l’amour est un don gratuit et inconditionnel.

    Cordialement.

  5. Marc dit:

    Bonjour Alexis,
    Un grand merci pour toutes ces émissions qui m’aident à mieux concilier foi et raison.
    Je trouve la preuve de la Trinité par la conscience formidable car à mon sens elle peut permettre de mieux expliquer notre conception de Dieu à un musulman par exemple (qui ne croit pas nécessairement en un Dieu-Amour).
    Cependant, il me manque une ligne à mon équation pour compléter ma démonstration. En prenant l’hypothèse que Dieu est un être parfait, comment justifier que sa pensée produit la réalité ? N’y a-t-il pas d’autres arguments que celui du passage de la Genèse ?
    Le mal serait donc né de la pensée de Dieu ?

    A propos d’analogie pour se représenter la Trinité, je préfère l’image du tétraèdre à celle de Cerbère (du fait de sa connotation païenne). Qu’en pensez-vous ?
    Fraternellement,
    Marc

  6. Alexis MASSON dit:

    Bonjour Marc,

    On pourrait comparer le langage-réalité de Dieu au langage performatif : si un président de séance dit « La séance est ouverte », sa parole est identique à l’acte d’ouvrir la séance. C’est à la fois une parole et un acte. Ajoutons qu’aucun être n’existe par soi hormis Dieu, tous les êtres créés participent de Dieu. Ils sont dépendants de Dieu et soutenus dans leur existence par Dieu. Ils n’émanent pas de la substance de Dieu, parce qu’elle est simple (indivisible). Si la création est le fruit de la volonté de Dieu, je ne vois que sa pensée comme support de l’univers, d’autant qu’elle seule suffit à causer l’univers (création ex-nihilo). J’ai abordé ce sujet dans une autre émission : « Qu’est-ce que la création ? ».

    Je comprends votre difficulté concernant le mal. Dieu pense le mal, assurément, sinon il ne pourrait pas le connaître et il ne serait pas omniscient. Cependant, il ne désire pas le mal, il le permet seulement. Dieu ne forme pas des projets de malheur…

    Pour l’analogie du trétraède, j’ai peur que, comme l’analogie de l’oeuf, nous retombions dans le problème de la composition. L’oeuf est composé de la coque, du blanc et du jaune, mais ni la coque, ni le blanc ni le jaune ne sont l’oeuf d’une quelconque manière. Ce ne sont que des parties. Au lieu de prendre l’exemple de Cerbère, peut-être que celui des jumeaux dicéphales vous indisposera moins ? Nous avons par exemple le cas de Abigail et Brittany Hensel.

    Fraternellement.

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.