La preuve ontologique (Saison 3)

La preuve ontologique (Saison 3)

C. KESSLER – « Qu’est-ce que la preuve ontologique ? C’est la question que nous allons étudier dans cette émission Epistheo, avec le philosophe Alexis Masson. Alors, qu’est-ce qui la caractérise ? »

A. MASSON – « La preuve ontologique est un type de preuve de l’existence de Dieu qui ne s’appuie sur aucun élément empirique. Elle prouve l’existence de Dieu en démontrant que sa non-existence serait contradictoire et donc impossible. S’il est impossible que Dieu n’existe pas, alors Dieu doit exister. C’est un type de preuve, car il existe plusieurs versions de la preuve ontologique. »

C. KESSLER – « En quoi consistent les différents types de preuves ontologiques ? »

A. MASSON – « Saint Anselme est le père des preuves ontologiques : Dieu est l’être tel qu’on ne peut en concevoir de plus grand, il faut donc que je le conçoive comme existant, sinon je pourrais en concevoir un être plus grand encore, qui lui existerait, ce qui serait contradictoire. La formulation la plus célèbre revient à Descartes : Dieu est parfait ; or l’existence est une perfection ; donc Dieu existe. Depuis, des philosophes contemporains ont proposé de nouvelles preuves ontologiques. D’après Malcolm, ou bien Dieu existe nécessairement (puisqu’il ne peut pas mourir), ou bien il lui est impossible d’exister (puisqu’il ne peut pas naître). Le critère de l’impossibilité étant la contradiction, si le concept de Dieu est cohérent, alors il doit exister. Plantinga préfère utiliser le concept de « monde possible » : Dieu étant possible, il existe dans au moins un monde possible. Mais Dieu étant un être maximalement grand, il doit exister dans tous les mondes possibles, y compris le notre. »

C. KESSLER – « Que valent les différentes preuves ontologiques ? »

A. MASSON – « Elles ont subi plusieurs objections. Premièrement, il semble qu’on puisse démontrer, avec ce type de preuve, l’existence de n’importe quel objet parfait – l’existence d’une île ou d’une fée parfaite, ce qui est plutôt ridicule. Deuxièmement, la preuve semble reposer un fondement subjectif. Nous avons l’idée de Dieu et cette idée implique que nous pensions son existence, mais rien ne prouve que Dieu existe effectivement et pas seulement dans notre tête. Troisièmement, il semble faux d’affirmer que l’inexistence de Dieu soit contradictoire en soi, car si l’on nie le sujet (Dieu), on nie également ses attributs (l’existence). On peut dire qu’il n’existe pas de Dieu qui existe. Quatrièmement, Anselme et Descartes traitent l’existence comme une qualité contenue dans un concept. Or l’existence indique plutôt que le concept est réalisé dans le monde. L’existence ne concerne pas le concept en lui-même, mais le monde. Cinquièmement, Malcolm considère que Dieu est ou bien auto-contradictoire, ou bien réellement existant. Mais l’idée de Dieu pourrait être cohérente sans que Dieu existe. Chacune de ces objections touchent une ou plusieurs preuves. »

C. KESSLER – « Doit-on en conclure que toute preuve ontologique est vouée à l’échec ? »

A. MASSON – « Je vais en proposer une plus modeste. L’ensemble des possibles doit contenir le réel, sinon le réel serait impossible. (Précision : le néant est possible et pourrait être réel). D’après le principe de raison suffisante, aucun réel n’est sans raison. La raison d’une chose lui est ou bien intrinsèque (nécessité) ou bien extrinsèque (contingence). Si tous les possibles étaient contingents, alors aucun d’eux n’aurait effectivement de raison d’être.  Par conséquent, il doit exister quelque chose de nécessaire. On peut en déduire certaines perfections, mais on ne peut aller jusqu’à Dieu. »

2 Réponses pour “La preuve ontologique (Saison 3)”

  1. Chemarin dit:

    En ce temps-là, Jésus prit la parole, et dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants.
    11.26
    Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi.
    11.27
    Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.
    11.28
    Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.
    11.29
    Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.
    11.30
    Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

  2. Alexis MASSON dit:

    Bonjour Chemarin,

    Par « sages et intelligents », Jésus désigne ici les scribes et pharisiens, orgueilleux, qui refusent de le reconnaître.
    Il va de soi, également, que les « enfants » ne désignent pas ceux qui ont moins de 12 ans. Il s’agit de ceux qui reconnaissent humblement le Fils.
    Heureusement que ce passage ne dénonce pas l’intelligence, sinon pourquoi Jésus aurait-il été en colère devant l’intelligence insuffisante de ces disciples ? (cf. Matthieu 15.16 ; 16.9 ; Marc 7.18 ; Luc 24.25…). Et n’insulterait-il pas directement Dieu, être suprêmement intelligent ?

    Cordialement.

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.