La Prière

La Prière

« Bienvenue dans l’émission « Epistheo » diffusée sur Radio Arc-en-ciel. Aujourd’hui nous allons discuter du problème de la prière chez Socrate, avec le philosophe Alexis Masson. Alors tout d’abord, en quoi consiste-t-il ? »

« Le problème de la prière est abordé par Socrate dans dialogue intitulé le Second Alcibiade, dont on ignore l’auteur. Quoi qu’il en soit, Socrate y aborde la question de manière très intéressante, parce qu’il montre que la prière pose problème. En effet, si Dieu connaît ce qui est bien, si Dieu est bon, et suffisamment puissant pour l’accomplir, alors il l’accomplir. Du coup, à quoi servent nos prières ? Quand nos prions, nous ne savons même pas si ce que nous demandons est bon ou mauvais. Si Dieu écoutait nos prières, cela pourrait produire des catastrophes. »

« Cela veut-il dire que la prière est mauvaise d’après Socrate ? »

« Non, il donne une solution au problème qui au fond est très proche du Christianisme. Il faut demander à Dieu que le bien s’accomplir, c’est-à-dire que sa volonté soit faîte. La véritable prière, la bonne prière, consiste non pas à demander telle ou telle chose parce qu’on le veut, car si Dieu ne le veut pas c’est évidemment quelque chose de contraire à sa volonté, c’est donc un péché, mais consiste à demander l’accomplissement de ce que Dieu veut. Nous connaissons tous la prière du « Notre Père » de Jésus, où l’accomplissement de la volonté de Dieu. Mais on ne doit pas pour autant penser que c’est une prière nécessairement générale, sans objet particulier, comme le conçoit Socrate. Notre prière peut avoir un objet particulier, tout en étant la réclamation de quelque chose que Dieu, parce que dans un cas précis nous pouvons savoir ce qu’il veut. Je pense par exemple au cas de Moïse, lorsqu’il prie Dieu, il montre toujours en quoi sa prière est conforme à la volonté divine. Mais je pense aussi à nous même, chrétiens, nous qui pouvons recevoir de Dieu ce qu’il faut lui demander en prière, par exemple en Romains 8.26, où il est dit : « L’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières. »

« Mais si Dieu connait et veut ce qui est bon, à quoi nous sert-il de prier ? En quoi notre prière influenceraient-elles les choses ? »

« C’est aussi en quelque sorte le problème de Socrate. Il est évidant que Dieu ne va pas faire quelque chose parce qu’on le demande, Dieu n’est pas sous nos ordres. Dieu ne fait pas le bien parce que nous le demandons. Du coup, c’est vrai, on pourrait se demander si notre prière sert à quelque chose. Néanmoins il y a quelque chose que Socrate n’a peut-être pas considéré. Si notre prière ne peut pas avoir une influence positive sur Dieu, néanmoins on pourrait supposer qu’elle en est une négative. Car nous devons, en tant qu’il est Dieu, du respect et de l’adoration. La prière consiste à lui demander quelque chose, sous la forme d’une formule de politesse. A un enfant qui a soif, un père lui donne de l’eau. Mais il faut la petite formule du « s’il te plaît », sinon c’est un acte impoli de sa part, impolitesse qui retarderas l’aide paternelle, parce que ce serait un mal de lui un verre d’eau, cela l’encouragerait à ne pas être poli. Il en va de même avec Dieu : Dieu veut le bien, si nous demandons le bien, cela n’influence pas Dieu qui de toute manière le voulait de lui-même. Mais en revanche, si nous ne prions pas Dieu, nous lui manquons de respect, et cela peut l’influencer négativement, car le fait d’accomplir le bien serait alors pour nous un mal, un encouragement à ne pas lui rendre la grâce qui lui est due. »

2 Réponses pour “La Prière”

  1. Samuel CHAIGNEPAIN dit:

    La prière va plus loin que la formule de politesse… La prière nous transforme.

    La volonté de Dieu est là, mais nous ne la voyons pas au premier abord. Quand nous prions et que nous ne sommes pas exaucés, c’est que bien souvent elle ne correspond pas à la volonté de Dieu car la chair déforme la prière. Petit à petit nous changeons et formulons les choses de la sorte qu’elles correspondent à la volonté de Dieu. Ce cheminement n’est pas en vain car il nous a transformés.

    De la requête de départ où nous demandions à Dieu de manière centrée sur nous-même, nous changeons et plaçons Dieu au centre de toutes choses et la prière peut alors s’accomplir.

    La prière c’est aussi le cheminement pour découvrir la volonté de Dieu pour nous-mêmes ou d’autres. Mais pour cela nous devons changer notre manière de voir et notre relation vis-à-vis de Lui.

    En espérant m’être bien exprimé. tout en sachant bien sûr qu’il y a plusieurs sortes de prière, etc.

  2. Masson Alexis dit:

    Samuel,

    Vous avez raison, la prière nous transforme également. L’émission de la saison 2 l’exprime moins clairement que celle de la saison 3 (pas encore publiée). Mais je vous rejoins tout à fait.

    Que Dieu vous bénisse,
    Alexis.

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.