Le langage religieux est-il dépourvu de signification ?

Posted on: avril 14, 2010
0 Commentaire(s)

« Aujourd’hui nous allons aborder un problème concernant le langage religieux, à savoir : est-il dépourvu de sens ? Plus précisément, nous allons discuter une objection que certains athées font à l’égard des théistes : si nous ne voyons pas, n’entendons pas, ne touchons pas Dieu, le mot « Dieu » est dépourvu de signification. »

« Cette objection est dérivée du principe vérificationniste de la signification. D’après ce principe, pour qu’un énoncé ait une signification, il doit ou bien être analytique, c’est-à-dire être une définition ou une déduction ; ou bien empirique, c’est-à-dire relatif à l’expérience. Ainsi, si un énoncé est analytique ou empirique, il peut être vérifié et il a donc un sens. Le philosophe A.J. Ayer a eu l’idée d’appliquer ce principe aux énoncés religieux, et dans la mesure où ils n’ont pas de base empirique, ils sont dépourvus de sens. »

« Pourtant il y a les expérience mystiques, on peut parfois sentir la présence de Dieu… »

« C’est en effet l’objection de Alston. Un mystique dit faire l’expérience du divin, il devrait donc passer le test du principe vérificationniste de la signification. Néanmoins, il y a dans l’expérience mystique une grande part d’interprétation qui ne vient pas de l’expérience. En réalité, on ne sent pas Dieu, Dieu est infini, il dépasse le champ de l’expérience possible. Dieu est hors du temps et de l’espace, or nous sentons dans le temps et dans l’espace. Ce que nous sentons, ce n’est pas Dieu, mais des manifestations de Dieu. C’est tout autre chose. »

« Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas faire l’expérience de Dieu, que le mot « Dieu » n’a pas de signification. On en parle bien et l’on comprend bien ce que l’on dit lorsqu’on emploie ce mot… »

« En effet, c’est l’une des principales objections contre le principe vérificationniste. Nous comprenons le mot « Dieu », pour preuve : nous ne l’employons pas (trop) à mauvais escient. Je ne peux pas dire par exemple que « Dieu est un animal quadrupède ». En revanche, je ne sais pas si le « Chrouzabou » est un animal et le nombre de pieds qu’il possède, puisque je ne sais pas ce que c’est. C’est normal, c’est un mot que je viens d’inventer dont nul ne connaît la signification. C’est donc bien la preuve qu’un mot a une signification selon son usage, signification qui peut dépasser les limites du principe vérificationniste. »

« Le principe vérificationniste est donc faux ? »

« En tout cas il souffre de nombreuses contradictions et de nombreuses difficultés. (1) Le principe en lui-même n’est ni analytique, ni empirique, il s’auto-réfute donc. (2) Le principe détruit les fondements de la logique : un axiome de la logique du type « à tout effet il y a une cause » n’est pas analytique mais synthétique. Du même coup, si la logique s’effondre, les énoncés analytiques qui reposent sur la logique sont également invalidés. Rappelons que la logique ne peut être tirée de l’expérience, dans la mesure où celle-ci ne peut être qu’inductive (l’accumulation d’expériences ne donne pas de vérité universel). (3) Le critère de la vérification empirique est flou, car l’expérience dépend en grande partie de l’interprétation. (4) Le vérificationnisme logique repose sur une sémantique atomiste. Or Carl HEMPEL, à la suite de Pierre DUHEM, rappelle que les énoncés ne prennent sens que dans un cadre théorique. C’est un ensemble d’énoncés qui donne sens à chacun d’eux, c’est une sémantique holistique. »

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.