Le salut : par la foi ou les oeuvres ?

Le salut : par la foi ou les oeuvres ?

« Aujourd’hui nous abordons la question du salut. On dit généralement que d’après la vision chrétienne du salut, celui-ci s’obtient par la foi. Cela veut-il dire qu’il suffit de croire que Dieu existe pour être sauvé ? Autrement dit, si Hitler avait été chrétien, aurait-il été sauvé malgré les horreurs qu’il a commises ? »

Alexis : « Dans le christianisme, le salut s’obtient effectivement par la foi. Néanmoins, il y a deux erreurs à ne pas commettre : (1) penser que la foi soit une croyance ; (2) penser que la foi puisse se dispenser des œuvres. Le mot « foi » traduit l’hébreu émounah qui signifie : adhésion, engagement, fidélité. Le mot « foi » ne désigne donc pas une simple croyance, le champ sémantique de la foi et de la croyance s’opposent même sur certains points. La foi hébraïque est une certitude, une confiance, une fidélité, un engagement, elle est résolument tournée vers l’action ; ce n’est donc pas tout à fait le sens du mot « croyance » en français. La foi étant tournée vers l’action, elle implique des œuvres. C’est pourquoi il n’y a pas d’opposition entre les épîtres de Paul et de Jacques, l’un insistant sur la foi, l’autre sur les œuvres, car même si la foi seule est le moyen du salut, une foi sans les œuvres est une foi hypocrite, morte, il n’y a donc pas de salut pour la foi sans les œuvres, mais ce ne sont pas les œuvres qui en elles-mêmes sauvent. Dans les discours de Jésus nous retrouvons déjà ces deux dimensions : il dit souvent « ta foi t’a sauvé », mais il dit aussi que « l’arbre qui ne porte pas de fruit doit être jeté au feu ». Dans ce cas, même si Hitler avait pensé que Dieu existe, cela n’aurait rien changé à sa condamnation. D’une manière générale, on reconnaît un arbre à ses œuvres, un homme qui n’agit pas d’une manière digne du Dieu d’amour se démasque lui-même. »

« Pourquoi faut-il avoir « foi » en Dieu, c’est-à-dire s’engager pour lui ? Ne peut-on pas vivre de manière juste sans avoir foi en Dieu ? Pourquoi les œuvres seules ne pourraient-elles pas sauver ? Il ne serait pas juste que Dieu condamne des hommes qui agissent bien simplement parce qu’ils n’ont pas foi en lui… »

Alexis : « On peut supposer qu’il soit possible, d’un point de vue au moins théorique, qu’un homme athée, c’est-à-dire n’ayant pas foi en Dieu, accomplisse malgré tout des actions bonnes, conformes à la volonté de Dieu, mais sans le savoir, sans non plus avoir de mauvaises intentions, c’est-à-dire en ayant un réel amour pour son prochain. Il y a peut-être quelques athées ayant œuvré dans des associations caritatives qui sont dans ce cas. La seule chose qui leur manque dans ce cas, c’est la foi en Dieu. Mais c’est justement en cela qu’ils manquent complètement le but de la Création. Dieu n’a pas créé l’univers pour voir des hommes juste, c’est bien, mais c’est insuffisant. Dieu a créé l’univers par amour, il veut une relation avec les hommes. Refuser d’être en relation avec Dieu, refuser l’amour de Dieu, c’est aller contre le but que Dieu a fixé à sa création. Il est logique dans ce cas de se retrouver condamner. Si j’achète un ordinateur, je me fiche qu’il produise des opérations mathématiques complexes et justes. C’est bien, mais cela ne me suffit pas, je veux que le clavier me réponde, je veux pouvoir entrer en relation avec le système par l’intermédiaire du clavier, sans quoi il est beau mais ne correspond pas à ce que je veux, et je m’en débarrasse, parce qu’il n’obéit pas à la fonction essentielle pour laquelle je l’ai acheté. Toute l’éthique chrétienne est fondée sur ce principe fondamental : il faut aimer Dieu. L’éthique, c’est la science du devoir, et dans la mesure où Dieu a créé l’univers en lui fixant un but, nous devons l’accomplir, sans quoi nous manquons ce but, ce qui est le sens même du « péché ».

« Mais il y a une certaine injustice au fait de devoir connaître Dieu alors que cela dépend justement de lui, d’une révélation… »

Alexis : « Non pas du tout. Dieu est connaissable rationnellement. C’est ce qui est écrit en dans l’Epître aux Romains 1.18-21 : c’est parce que Dieu est connaissable par la raison que les athées sont inexcusables. La connaissance de Dieu ne dépend pas d’une révélation aléatoire, dans ce cas ce serait effectivement injustice, d’autant plus que beaucoup de faux prophètes ont prétendus recevoir des révélations de Dieu. Et encore une fois, peut-être faut-il à nouveau insister sur ce point, la foi en Dieu peut tout à fait s’accompagner de preuves de l’existence de Dieu, que la tradition rationaliste en philosophie a fourni. Car la foi n’est pas une croyance qui s’opposerait au savoir, mais une adhésion certaine, un engagement ferme et une fidélité. Je peux parfaitement m’engager et être fidèle envers ma femme, avoir confiance en elle, tout en sachant qu’elle existe, en ayant des preuves de son existence, c’est même plutôt préférable sinon ce serait inquiétant… D’ailleurs, c’est justement parce que l’existence de Dieu est démontrable qu’il n’y a aucun mérite dans le fait d’y croire, car si l’on devait y croire sans aucun support, on pourrait s’en faire une gloire d’y croire : « j’ai cru envers et contre tout… » C’est justement parce que l’existence de Dieu est rationnellement connaissable qu’il n’y a aucune gloire à tirer du fait d’y croire. »

10 Réponses pour “Le salut : par la foi ou les oeuvres ?”

  1. Renaud dit:

    J’aime vraiment beaucoup votre site. Un point un peu obscur pour moi: Dieu est parfait et donc aime tous les hommes, que ceux ci accomplissent leur vocation (qui est de l’aimer en retour) ou non. Ainsi comment Dieu peut’il supporter de voir des hommes (la plupart?) qu’il aime tant rater completement leur vocation et se perdre? N’est ce pas aussi pour lui un ratage complet? cela n’engendre t’il pour lui une douleur infinie? On peut se demander si cela valait vraiment la peine de creer le monde a ce prix la?

  2. Renaud dit:

    bonjour, j’ai pense a une reponse possible: Dieu aime le monde dans son ensemble. Un homme n’a de valeur speciale par rapport au reste de la creation (animaux, plantes…etc) que parce qu’il a la possibilite d’entrer en relation avec Dieu. Cette possibilite n’est pas mauvaise et n’est pas en soit source de malheur. Un homme qui ne repond pas a l’amour de Dieu (par ignorance, incapacite, paresse…etc) se place ainsi, de lui meme, au meme niveau que le reste de la creation (animaux, plantes…etc) et est donc traite en consequence. on peut donc penser que ceci n’engendre pas de douleur particuliere pour Dieu.

  3. Nicolas dit:

    Selon toi Alexis,est-ce le catholicisme romain qui a raison, en enseignant que c’est par les œuvres que nous sommes sauvé ; ou est-ce le Protestantisme qui lui, enseigne que c’est par la foi en Jésus, par la Grâce divine ?

  4. nicolas dit:

    @Renaud vous avez dis :
    <>

    En gros ma mère par exemple qui ne croit pas spécialement en Dieu,celui-ci ne l’aime pas plus qu’un chien ou une plante …?

    C’est vraiment là ou je bloc moi avec le Christianisme !
    Car je considère ma mère pour la prendre comme exemple comme une personne vraiment bonne, généreuse, qui fait des efforts et des sacrifices, bref, et juste par ce quelle ne « croit » pas en Dieu , pas de salut ! enfer !

    Si certaine personne ne croit pas en Dieu ou ne cherche pas énormement à le connaitre ça peut aussi être parfois par ce quelle n’ont pas le temps, ou par ce que ça fait parti de leur personnalité (et oui causes et effets.. on ne choisis pas au dépard sa personnalité et certain deviennent vite intéressé par la religion )

    Dieu ne peut pas être amour si il juge sur la foi, et serait une pourriture de ne pas leurs donner le salut, quand je pense à certaine personne tellement gentille , c’est du simple bon sens, si dieu existe et
    est « amour » il ne peut pas juger sur la foi

  5. nicolas dit:

    Et le simple fait de voire des croyants penser que c’est « normale » ça me choque.. en fait ça me choque que ça ne vous perturbe pas plus que ça de voir des gens généreux autours de vous et penser sans problème qu’ils ne mérite pas le salut ..

    Moi même je suis croyant (j’ai pas choisi, je l’ai pratiquement toujours été, et pourtant je viens d’une famille plutôt athée ou agnostique) et je me considère pas comme quelqu’un de très bon aujourd’hui je suis un pécheur à vrais dire..
    Mais faut croire que malgres beaucoup de mes actes mauvais au FOND je suis bien plus bon que beaucoup de croyant , car moi ça me choque vraiment .

  6. nicolas dit:

    J’aime beaucoup le christianisme, le Christ, et quand j’écoute un Chrétien intéressant comme sur ce site et qu’on en arrive à cette question du salut et de la foi… je bloc d’un coup.. y a rien à faire ,ça passe pas.
    cette façon de penser et de dire sans éprouver la moindre gène qu’un non croyant est bon à jeté au feu…
    quand je pense à certaine personne de mon entourage cette mentalité me fais vomir !
    C’est tout simplement injuste, horrible.

    c’est le seule sujet qui me fait douter de dieu, ou de sa bonté, et du christianisme .

  7. Masson Alexis dit:

    Nicolas,

    Si votre mère est bonne, il n’y a pas de raison qu’elle aille en enfer. Toutefois, Dieu ne veut pas l’obliger à l’aimer, or le Paradis est l’union à Dieu. Il existe tout une gamme de réalités entre le Paradis et l’Enfer, sans quoi Dieu ne respecterait pas les règles élémentaires de proportionnalité. Enfin, Dieu se laisse connaître à chacun à travers la nature et ses révélations. Celui qui est vraiment sincère et veut aimer Dieu s’il existe, peut se tourner vers lui dans la prière. « Seigneur, je veux apprendre à t’aimer et à te connaître ».

    Soyez béni.

  8. Masson Alexis dit:

    Nicolas,

    Je comprends votre « choc ». Je pense qu’il y a eu incompréhension.

    Cordialement.

  9. Masson Alexis dit:

    Nicolas,

    Dieu ne force personne à l’aimer. Or le Paradis est lieu de l’accomplissement de l’amour divin. Cependant, ce n’est pas parce que l’on n’aime pas Dieu que l’on mérite l’Enfer. Encore une fois, il existe toute une gamme de réalités après la mort. Ce n’est pas le blanc ou le noir. Jésus lui-même affirmer que certains seront jugés plus sévèrement que d’autres. Et dans l’Apocalypse, il est écrit que certains auront des places plus proches de Dieu que d’autres. Dieu est juste, il respectera les règles de proportionnalité. Mais il n’obligera personne à s’unir à lui, sans quoi ce ne serait plus de l’amour mais du viol. Et c’est cet état ultime d’union à Dieu que veulent atteindre les chrétiens.

    Soyez béni.

  10. Masson Alexis dit:

    Bonjour Nicolas,

    Le thème que tu abordes est plutôt celui de l’élection. Je pense que c’est parce que nous sommes élus que nous faisons de bonnes œuvres. Je ne crois pas qu’il y ait d’opposition entre les deux termes.

    Alexis.

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.