Pluralité des Religions

Pluralité des Religions

« D’après les définitions classiques de Dieu, il est parfait, c’est-à-dire omnipotent, juste et amour. Si tel est le cas, Dieu aurait dû se révéler, dans la mesure où il est amour, à l’humanité toute entière, à chaque être humain, parce qu’il est juste, et cela il le pouvait, parce qu’il est omnipotent. Si Dieu avait fait cela, il ne devrait y avoir qu’une seule religion, universelle, puisque la révélation sur laquelle elle se fonderait viendrait du seul et même Dieu. Mais on constate qu’il existe plusieurs religions qui sont incompatibles entre elles et une partie de l’humanité doute ou nie son existence : n’est-ce pas la preuve que Dieu n’est pas et que les religions sont toutes des impostures ? »

« Pourquoi s’imaginer tout de suite que les religions sont des impostures ? Je sais que les théories du complot sont à la mode, mais si l’on écarte ce type de paranoïa, elles pourraient tout aussi bien être tout simplement l’erreur, tout en étant sincères. Dans toutes les religions, il existe de multiples confessions qui se basent souvent sur les mêmes textes, c’est bien la preuve qu’une même révélation, qu’un même donné, peut varier d’interprétation chez un individu ou chez un autre. Il en va de même dans les sciences, tous les individus ont affaire à la même réalité, et pourtant il existe différentes théories pour l’expliquer. Devrait-on en conclure que la réalité n’existe pas ? Non. Alors pourquoi devrait-on penser que, sur le même type de raisonnement, Dieu n’existe pas ? Dieu peut exister, se révéler à toute l’humanité, et pourtant certains l’interpréterons de telle manière, d’autre de telle autre manière, certains diront même que tout cela n’est que psychologique. C’est pourquoi il peut y avoir un seul Dieu, qui se révèle à toute l’humanité, et pourtant de multiples religions et même des athées, sans pour autant être des imposteurs mais tout simplement parce que certains sont plus dans l’erreur que d’autres. »

«  Mais Dieu est tout-puissant, il pourrait faire en sorte de se faire comprendre par tous de la même manière, par exemple en modifiant nous idées, en agissant sur notre cerveau. Pourquoi n’a-t-il pas fait cela ? »

« Dieu est amour. Un Dieu qui nous imposerait de penser de telle manière plutôt que d’une autre ne serait pas un Dieu d’amour. De notre côté, nous pouvons avoir de la mauvaise foi, sinon même parfois de l’aveuglement tellement nous ne voulons pas de Dieu, ou si nous en voulons nous voudrions qu’il soit autrement qu’il est. Pourtant Dieu nous donne les éléments suffisant pour que nous puissions penser son existence et sa nature. Nous avons dans l’histoire un exemple très concret : les premiers philosophes grecs, je pense à Xénophane, Anaxagore, Platon ou Aristote, ont tous pensé un Dieu parfait, unique et personnel. Ils ont simplement utilisé leur raison et ils ont découvert un Dieu qui s’opposait radicalement au polythéisme grec de leur époque, où il y avait plusieurs dieux, imparfaits, immoraux, etc. Nous n’avons donc pas besoin d’être maniés par un Dieu manipulateur qui nous forcerait à connaître la vérité, mais simplement à penser de manière sincère. Depuis Kant, beaucoup doutent de l’existence de Dieu, mais il n’y a rien de sincère dans une telle démarche, car rappelons que la négation kantienne des preuves de l’existence de Dieu repose sur l’hypothèse que nous ne savons pas si le réel est absurde ou rationnel. Il faut quand même avoir une sacrée dose de mauvaise foi pour remettre en cause la rationalité du réel afin de pouvoir douter de l’existence de Dieu ! »

« La raison nous donne peut-être des indications utiles pour connaître l’existence de Dieu et sa nature, mais il y a des religions qui entre elles sont tellement proches qu’il serait difficile de discerner laquelle est plus vraie que l’autre. Comment faire dans ce cas ? »

« Ce n’est pas tellement vrai car la raison tend franchement vers le Christianisme. Il y a certaines questions auxquelles seul le Christianisme a trouvé une réponse adéquate. Je pense par exemple à la question de la Trinité. La Trinité est absolument essentielle pour expliquer comment Dieu peut-il se penser ? C’est une question qui se pose même chez Aristote, bien avant la naissance du Christianisme. D’une manière générale, si l’on pense que Dieu est une seule personne, comment fait-il pour se penser lui-même ? La conscience, d’une manière générale, c’est le fait de penser à quelque chose. Il faut donc un objet à penser. La conscience en soi n’est rien sans la pensée de cette chose. La conscience de soi, c’est le fait de se penser comme si j’étais pris pour objet par un autre qui me pense. Et cela, on ne peut pas le fait seul. Comme pour le cas d’un crayon, qui ne parvient pas à écrire sur lui-même, sans l’aide d’un autre crayon, nous prenons conscience de nous en vivant en société. Sans cela nous nous sentirions en indifférenciation avec le monde, sans être un sujet, un  « moi », je me confonds avec mes propres perceptions, dont le « moi » se distingue, et pour cela il faut que je me connaissance comme étant moi-même un objet, une représentation que j’acquiers en étant l’objet de pensée en l’autre. Avec Dieu, la Trinité permet de concevoir comment il peut avoir conscience de lui-même, par cette relation entre les trois personnes qui sont en lui et qui s’informe mutuellement. Sans la Trinité, Dieu serait incapable de penser. Il y a aussi l’Incarnation, le fait que l’une des personnes divine soit devenue également humaine, qui se comprend par le fait que Dieu est amour. Dieu veut s’unir à l’homme, or on ne peut unir que des choses semblables, il fallait donc qu’une personne divine acquiert également une nature humaine. Si Dieu n’avait pas permis l’incarnation, cela aurait signifie qu’il n’est pas amour envers l’humanité, et le sens même de la Création deviendrait absurde. Le mieux serait, pour l’auditeur, qu’il aille sur le site pour écouter les podcasts sur les émissions concernant ces sujets. Néanmoins, d’une manière générale, et notamment sur la Trinité et l’Incarnation, la raison tend très franchement en faveur du Christianisme, c’est pourquoi il est tout à fait facile de connaître la religion dont le degré de vérité est le plus fort au regard de la raison. »

7 Réponses pour “Pluralité des Religions”

  1. mohamed dit:

    82……..Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent: ‹Nous sommes chrétiens.› C’est qu’il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne s’enflent pas d’orgueil.

    83. Et quand ils entendent ce qui a été descendu sur le Messager [Muhammad], tu vois leurs yeux déborder de larmes, parce qu’ils ont reconnu la vérité. Ils disent: ‹Ô notre Seigneur! Nous croyons: inscris-nous donc parmi ceux qui témoignent (de la véracité du Coran).

    84. Pourquoi ne croirions-nous pas en Allah et à ce qui nous est parvenu de la vérité. Pourquoi ne convoitions-nous pas que notre Seigneur nous fasse entrer en la compagnie des gens vertueux?›.

    85. Allah donc les récompense pour ce qu’ils disent par des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, où ils demeureront éternellement. Telle est la récompense des bienfaisants.

    86. Et quant à ceux qui ne croient pas et qui traitent de mensonges Nos versets, ce sont les gens de la Fournaise.
    Coran 05.

  2. Nicolas Boisson dit:

    Il y a eut les dieux égyptiens, le panthéon, les dieux romains, les dieux des vikings, et… bien d’autres. Comment ne pas se dire que le Dieu chrétien n’est pas juste… un Dieu de plus ?

  3. Masson Alexis dit:

    Bonjour Nicolas,

    Il me semble que la théologie naturelle (ou philosophie théologique) nous conduit à l’idée d’un être unique, trinitaire et dont l’une des personnes est vouée à s’incarner. Je pense donc que le Christianisme répond mieux aux voies de la raison.

    Alexis.

  4. Masson Alexis dit:

    Mohamed,

    Encore faut-il qu’il y ait des preuves. En l’absence de preuves, la foi religieuse est fidéiste et dépourvue de valeur. Vous dîtes qu’il faut être musulman pour être sauvé, ceux qui ne sont pas musulmans sont mauvais. Cela veut donc dire qu’ils sont coupables. S’ils sont coupables, c’est qu’ils pouvaient savoir que l’islam est vrai. Mais alors, il faut des preuves. En l’absence de preuves, il n’y a pas de raison de pencher en faveur d’une foi plutôt qu’une autre.

    Alexis.

  5. Jean-Baptiste dit:

    Parmi les meilleures preuves permettant d’établir quelle est la vraie religion, il y a la sainteté de la doctrine : Dieu étant parfaitement juste et saint, il doit fonder une loi sainte amenant les hommes à Lui. Or, l’islam n’est pas une loi sainte, car elle comporte plusieurs commandements immoraux, tels que la sourate sur le divorce qui prétend autoriser la sexualité avec des filles prépubères et des femmes ménopausées, sans parler du divorce lui-même qui est déjà immoral. Sur ce point, il n’y a que la religion catholique à ma connaissance qui interdise le divorce, ou en tout cas c’est une grande exception dans l’humanité ; car il n’y a que la religion catholique qui possède une loi sainte, intégralement sainte.

  6. Alexis MASSON dit:

    Bonjour Jean-Baptiste,

    Je suis d’accord avec vous sur le fait que l’islam ne semble pas être une religion qui affirme une éthique sainte. Seulement, de son propre point de vue, ce sont des choses tout à fait normales. De ce fait, j’ai bien peur que cet argument ne soit admissible que pour un chrétien et non pour un musulman.

    Disons qu’il est possible de soutenir une telle ligne argumentative si celle-ci est rattachée à la théologie naturelle. Si l’existence de tel Dieu est la condition de la nature et que nous en déduisons qu’il a tel volonté, alors seule une religion correspondant parfaitement à cette volonté est vraie, et le fait est que c’est la foi chrétienne. À partir de la Création, nous pouvons soutenir que le Créateur infini et parfait est un être qui est amour et ordonne une loi qu’est l’amour. Or la foi chrétienne correspond plus parfaitement à cette loi que l’islam (ou tout autre religion d’ailleurs).

    Cordialement,
    Alexis MASSON

  7. Jean-Baptiste dit:

    Bonjour,

    Ce que je veux dire, c’est qu’il y a une loi naturelle, présente dans le coeur de chaque homme, et indépendante de la Révélation : c’est-à-dire que nous pouvons connaître la moralité de nos actions par le seul secours de notre intelligence. L’islam a beau autoriser la pédérastie, tout homme peut comprendre par la raison qu’il s’agit d’un dérèglement grave et d’un mal, car les enfants pré-pubères ne sont pas en âge de procréer, et dans certains cas les relations sexuelles peuvent même les tuer (hémorragie), comme il arrive assez régulièrement dans les pays comme les Yémen ou l’Arabie Saoudite.

    Les dix commandements de Dieu sont pour la plupart des commandements qui résultent de la nature elle-même, qui appartiennent à la loi naturelle. On sait qu’en principe il est mal de tuer quelqu’un, même si c’est permis à certaines occasions. D’ailleurs, la guerre provoque des traumatismes, et parfois de GRANDS traumatismes ; pareil pour l’euthanasie, pareil pour l’avortement. On pourrait prendre beaucoup d’autres exemples, sur d’autres commandements de Dieu : ainsi de la contraception, qui provoque toutes sortes de désordres chimiques (cancer du sein, poissons hermaphrodites de la Seine…).

    Cordialement,

    Jean-Baptiste André

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.