Pourquoi l’Incarnation ? (Saison 3)

Pourquoi l’Incarnation ? (Saison 3)

C. KESSLER – « Pourquoi Dieu le Fils s’est-il incarné ? C’est la question que nous allons étudier dans cette émission Epistheo, avec le philosophe Alexis Masson. Tout d’abord, l’Incarnation c’est quoi ? »

A. MASSON – « Pour comprendre l’Incarnation, il faut d’abord revenir à la Trinité. D’après la doctrine de la Trinité, Dieu est un être tripersonnel. Cela signifie qu’il n’y qu’un seul être, qui est nature divine, dans lequel il y a trois personnes. D’après la doctrine de l’Incarnation, l’une de ces personnes, Dieu le Fils, est devenue humaine. Cette personne a alors deux natures distinctes : la nature divine et la nature humaine. Ce n’est pas Dieu qui devient homme, mais une personne qui acquiert la nature humaine, en plus de sa nature divine. »

C. KESSLER – « Et pourquoi Dieu le Fils s’est-il incarné ? »

A. MASSON – « D’une manière générale, il y a deux thèses sur la question. La plus connue est celle d’Anselme de Cantorbéry, reprise par Jean Calvin. D’après cette thèse, l’homme avait une dette infinie envers Dieu, ou devait subir une peine infinie à cause de son péché à l’encontre de Dieu. Dieu voulant gracier l’homme, il permit à la seconde personne de la Trinité de s’incarner afin de payer la dette, ou de subir cette peine, à la place de l’homme. En d’autres termes, la vie de Jésus-Christ n’avait aucun autre intérêt que d’autre offerte en sacrifice. Dieu le Fils ne s’est incarné que parce que l’homme avait péché et qu’il fallait trouver un moyen de le justifier. D’où la critique de Duns Scot : l’œuvre de l’Incarnation de Dieu le Fils, qui est l’une des plus grandes de Dieu, est dévalorisée à n’être qu’un simple moyen de régler le problème du péché et n’aurait pas eu lieu s’il n’y avait pas eu de péché. Plus encore, sa vie est à ce point dévalorisée qu’elle n’est valorisée que par sa mort. »

C. KESSLER – « Certes, mais que propose Duns Scot en échange ? »

A. MASSON – « Duns Scot pense l’Incarnation à partir de la nature de la volonté de Dieu, qui est amour. Sa réponse s’inspire d’Irénée. Dieu est amour. Or l’amour implique l’union. Dans toute forme d’amour, il y a une forme d’union entre les personnes qui s’aiment. Dieu aimant les hommes, il veut s’unir à eux, de l’union la plus forte qui soit possible. Mais pour que cette union soit possible, il doit y avoir communauté des natures. On ne peut pas unir deux choses dont les natures différent. C’est un peu le principe de la greffe. Or Dieu et l’homme sont de natures radicalement différentes. L’un est infini, l’autre fini. Il fallait donc qu’une personne divine, en plus de sa nature divine, assume une nature humaine, pour qu’à partir de cette nature humaine, il puisse unir tous les hommes. C’est ainsi que l’Eglise est le Corps du Christ. C’est ainsi également que le Christ devient l’intermédiaire dans la relation d’amour entre l’homme et Dieu. Les hommes sont rassemblés en la nature humaine du Christ, qui elle-même est liée à Dieu par la personne du Christ, qui possède également la nature divine. Ainsi, nous constatons l’absolue nécessité de l’Incarnation : elle est l’œuvre d’amour de Dieu, qui veut unir les hommes à lui, elle est le fondement de l’Eglise et de l’union à Dieu. Ainsi, pour Duns Scot, même si Adam n’avait pas connu le péché, Dieu le Fils se serait incarné en homme. »

C. KESSLER – « Mais alors que devient la Croix ? »

A. MASSON – « La Croix reste ce qu’elle est. Seulement, elle est reléguée au second plan. L’Incarnation a une valeur par elle-même qui est supérieure et dépasse le sacrifice de la Croix. »

2 Réponses pour “Pourquoi l’Incarnation ? (Saison 3)”

  1. Luc dit:

    Bonjour à tous,

    Je n’ai pas un grand niveau théologique, mais là, il y a quelque chose qui me saute aux yeux :

    La théorie de Duns Scot ne peut pas être juste puisqu’à l’origine l’homme était unis à Dieu. C’est du moins ce que nous explique par des images la Genèse. Par conséquent Dieu n’avait pas besoin de l’incarnation pour être unis à l’homme puisqu’à l’origine Il était unis à Lui.

    Quand pensez-vous ?

    Luc

  2. Jean dit:

    Cher Luc,
    L’Incarnation c’est un union de nature, Dieu devient l’homme, l’homme devient Dieu.
    Dans la genèse, l’homme n’était pas uni à Dieu ainsi, mais il est en relation avec Dieu. Le péché, précisément, est une séparation d’avec Dieu, dans le sens où il n’y a plus relation, en tout cas de l’initiative de l’homme.

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.