Qu'est-ce que la simplicité divine ? (Saison 3)

Qu'est-ce que la simplicité divine ? (Saison 3)

C. KESSLER – « Qu’est-ce que la simplicité divine ? C’est la question que nous allons étudier dans cette émission Epistheo, avec le philosophe Alexis Masson. Alors, qu’entendons-nous par « simplicité » ? »

A. MASSON – « La simplicité s’oppose à la complexité. Cela peut sembler évident, mais on confond souvent la complexité avec la difficulté, ce qui n’est pas la même chose. En réalité, la complexité désigne ce qui a plusieurs parties. Un complexe sportif, hôtelier ou hospitalier est un ensemble de plusieurs bâtiments. Si un problème complexe est souvent difficile, c’est parce qu’il est difficile de prendre en compte plusieurs éléments. Au contraire, la simplicité désigne ce qui n’est pas composé de parties. Par exemple, autrefois les atomes étaient considérés comme étant les plus petits éléments de nature, de telle sorte qu’ils ne pouvaient pas être composés de parties plus petites. C’est pourquoi on leur a donné le nom d’« atome », car en grec ancien atomos signifie « indivisible ». Le fait que Dieu soit simple, cela signifie qu’il n’a pas de partie et qu’il est donc indivisible. »

C. KESSLER – « Pourquoi dit-on que Dieu est simple ? »

A. MASSON – « Dieu est un être absolu, il ne dépend de rien. Or s’il avait des parties, il en dépendrait. La réalité d’une maison, par exemple, dépend de chacune de ses parties, si on détruit les mûrs, il ne reste plus rien. Dieu étant absolu, il doit être simple. Cela a plusieurs implications. Tout d’abord, Dieu est immuable, il ne peut pas changer. En effet, le changement est la modification de la relation entre les parties d’un ensemble. Lorsqu’on modifie l’architecture d’une maison, on construit ou on détruit des mûrs. Dieu n’ayant pas de partie, il ne peut pas changer. Ensuite, si Dieu est immuable, cela veut dire qu’il ne peut ni croître ni diminuer. Pour agrandir une maison, il faut construire un étage supplémentaire, lui ajouter des parties. Mais Dieu est simple et immuable, il ne peut donc ni croître, ni diminuer. On pourrait se dire que c’est un problème. Par exemple, les hommes deviennent sages grâce à l’expérience. S’il nous était impossible d’accroître ou de diminuer certaines de nos propriétés, nous en resterions à un stade enfantin. Mais Dieu a un autre rapport que nous à ses propriétés. Prenons l’amour par exemple. En nous, l’amour peut naître et croître ou diminuer. L’amour peut prendre une part plus ou moins importante en nous. Mais si Dieu est amour, puisqu’il n’a pas de partie, alors il est totalement amour, tout son être amour, il ne peut pas y avoir de partie en Dieu sans amour. Il est même amour par essence, nécessairement, parce qu’étant immuable, il ne peut pas être autrement qu’il est. Cela veut dire que toutes les propriétés divines sont portées à leur perfection dans l’essence même de Dieu et ne font qu’un. Par exemple, l’amour est pleinement sage et la sagesse est pleinement amour en Dieu. »

C. KESSLER – « La doctrine de la Trinité ne contredit-elle pas la doctrine de la simplicité ? »

A. MASSON – « Les trois personnes semblent contredire l’indivisibilité divine. Mais il ne s’agit pas de trois parties dont le tout serait Dieu. D’une part, un ensemble est formé par l’addition de parties. Un mûr est construit à partir de différentes briques. Or, d’après la doctrine de la Trinité, Dieu est trois personnes par nature. Les personnes ne sont pas des parties surajoutées à l’essence divine. D’autre part, des parties peuvent subsister indépendamment de l’ensemble qu’elles forment. On peut séparer les différentes briques d’un mûr. Or les trois personnes subsistent dans l’essence divine, elles ne sont pas des réalités séparables de celle-ci. La Trinité n’admet ni composition ni division en Dieu. »

2 Réponses pour “Qu'est-ce que la simplicité divine ? (Saison 3)”

  1. Gabriel dit:

    Bonjour,

    Dieu est simple j’ai pigé le concepte et je trouve cette intervention forte intérressante.
    Pour rebondir dans nos reflexions j’ai une question:
    Christ nous présente son église comme la tête de son corps… comment le logos peut il « soumettre » une partie nécessaire de lui-même tout en restant simple et indivisible.
    Cordialement
    Gabriel

  2. Masson Alexis dit:

    Bonjour Gabriel,

    Le Christ a deux natures : une nature divine, éternelle et simple ; une nature humaine, temporelle et composée. C’est en son humanité qu’est constituée l’Église.
    Je t’invite à regarder les émissions sur l’Incarnation, si tu veux approfondir ce sujet.

    Alexis.

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.