Qu'est-ce que le péché originel ? (Saison 3)

Qu'est-ce que le péché originel ? (Saison 3)

C. KESSLER – « Comment comprendre le péché originel ? C’est la question que nous allons étudier dans cette émission Epistheo, avec le philosophe Alexis Masson. Tout d’abord, peut-on le définir ? »

A. MASSON – « Pour commencer, le péché désigne ce qui nous éloigne de l’union à Dieu. Ce terme traduit l’hébreu hattat, qui signifie « déviance » (littéralement « ce qui manque le but »). Le but de la création, c’est l’union d’amour à Dieu. Le péché est ce qui s’oppose à cette union. Le péché originel désigne le premier péché qui a dévié la création de sa trajectoire initiale parfaite vers l’accomplissement de l’union à Dieu. Après celui-ci, la création n’est plus inclinée vers cette finalité. »

C. KESSLER – « Ce concept s’inspire du récit biblique de la Chute. Les chrétiens y croient-ils encore ? »

A. MASSON – « La science contemporaine a entamé la crédibilité de l’interprétation littérale du récit de la Chute. Adam et Eve, le premier couple de l’humanité, aurait été tenté par le diable sous la forme d’un serpent, de manger du fruit défendu. Ayant librement succombé à la tentation, ils introduisent la mort dans le monde. Mais la mort existait avant l’apparition de l’humanité. Le récit conserve toutefois une valeur symbolique : il explique le problème du mal par la liberté de la créature. L’humanité s’est éloignée de Dieu, la vie s’essouffle et se retrouve dominée par le diable. »

C. KESSLER – «  Les hommes sont-ils tous rendus coupables du péché originel ? »

A. MASSON – « Non, on ne peut pas être rendu coupable des fautes d’autrui (cf. Ezéchiel 18.4). La culpabilité dépend de sa propre volonté personnelle. C’est la position des chrétiens d’Orient. En Occident, Augustin a défendu le contraire, en s’appuyant sur une traduction erronée de l’Epître aux Romains. Il pensait que tous les hommes étaient contenus en Adam et avaient participé à son péché. Mais il lui faudrait défendre qu’ils avaient une volonté propre, ce qui n’est évidemment pas le cas. »

C. KESSLER – « À cause de la Chute, les hommes n’ont-ils pas acquis une nature pécheresse ? »

A. MASSON – « Non. La « nature » désigne ce qui définit une chose, ce sans quoi elle ne serait plus ce qu’elle est. Si l’homme avait une nature pécheresse, aucun homme ne pourrait faire autre chose que pécher. Or le Christ, dit-on, bien que vraiment humain n’était pas pécheur. De plus, les hommes exercent un contrôle sur leur péché. Ils peuvent pécher plus ou moins. C’est donc le fruit de leur volonté plutôt que de leur nature. C’est d’ailleurs ce qui rend le péché coupable. Ce qui est vrai, c’est que nous héritons d’une condition de péché. Une condition peut évoluer et dépend de la volonté. Par exemple, on peut naître pauvre et devenir riche. Cela ne veut pas dire que c’est facile. Le péché est une puissance asservissante, à l’image de la drogue ou de l’alcool. Toutefois, même si résister à une tentation est difficile, le péché reste un acte volontaire et libre, ce qui le rend responsable. »

C. KESSLER – « Pourquoi Dieu ne protège-t-il pas les générations suivantes des effets du péché ? »

A. MASSON – « Le monde est un ensemble cohérent, tout est interconnecté. Si dans une horloge, une pièce est rouillée, c’est l’ensemble du mécanisme qui s’en trouve déréglé. De même, le péché originel a des implications causales qui touchent même des innocents. Mais cela ne signifie pas que Dieu abandonne l’humanité. Il y apporte même une réponse à travers le sacrifice du Christ. »

14 Réponses pour “Qu'est-ce que le péché originel ? (Saison 3)”

  1. briki dit:

    je suis restée sur ma faim en écoutant les explications sur le péché originel

  2. Xavier dit:

    Cher Alexis,
    Habituellement assez appréciateur de vos billets, je suis au regret de vous dire que vous traitez le sujet du péché originel – sujet oh combien complexe – un peu trop légèrement.
    Déjà, le péché originel ne dit pas que la nature humaine est devenue mauvaise : ça, c’est la vision issue de la Réforme protestante mais l’Église n’a jamais dit cela. La nature humaine reste bonne mais blessée par le péché. C’est ce que dit saint Paul : le bien que je veux faire, je ne le fais pas, et le mal que je ne veux pas faire, je le fais.
    Ensuite, il faut faire une distinction dans le terme de péché. Effectivement, un péché requiert un acte libre. Mais la théologie latine a depuis longtemps expliqué que le terme de « péché » pour désigner la faute originelle n’était pas à prendre dans le sens premier du mot péché : il sert à désigner la faute de nos premiers parents, faute dont les conséquences – principalement la rupture de communion avec Dieu et notre nature blessée – rejaillissent sur leurs descendants, un peu comme une tare génétique mais sur le plan spirituel. Et c’est précisément cette tare qui explique le mieux l’immense misère des hommes au cours de leur histoire.
    Enfin, la doctrine du péché originel est importante car sans elle, le sacrifice du Christ perd de son sens. Par un homme le péché est entré dans le monde, par un homme – le Christ qui est le nouvel Adam – nous sommes sauvés.
    Cordialement,

  3. LUDO dit:

    J’aime bien la définition du péché d’Alexis :
     » Pécher, c’est s’éloigner de Dieu  » ..et j’avoue comme lui que le péché originel, c’est d’abord celui d’Adam…et pas le mien.
    Bien sûr tout homme est pécheur : il peut faire le mal mais aussi le bien…Jésus me semble t il n’a jamais parlé au cours de son passage sur terre du péché originel.
    La position de Xavier reprend la doctrine traditionnelle élaborée ultéreurement par l’Eglise

  4. Samuel CHAIGNEPAIN dit:

    Bonjour,

    Je pense que la nature de l’homme est devenue pécheresse, pervertie par le péché.

    Ephésiens 2.3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres…

    C’est par nature aussi que nous péchons (convoitise de la chair, cf. épître de Jacques aussi). La volonté joue son rôle en partie c’est vrai. Mais l’échec est forcément au bout ! On a perdu d’avance.

    Je ne rejoins pas en cela Xavier en affirmant que la nature humaine serait bonne. Non elle est mauvaise à cause du péché originel, Cf. verset ci-dessus (et bien d’autres).

    Mais ce qui est important de comprendre c’est que la régénération (nouvelle-naissance) nous libère de l’esclavage du péché et nous rend libre de choisir entre le bien et le mal ayant retrouvé (en partie) notre condition humaine d’Adam (liberté de choix). Le processus de sanctification qui démarre à notre nouvelle-naissance pour se terminer à notre mort nous rend meilleur car nous laissons Dieu nous transformer. Régénération qui sera totalement accomplie également dans notre corps après notre mort lors de la glorification.

    Quand Paul parle du « bien qu’il n’arrive pas à faire et du mal qu’il fait alors qu’il ne le veut pas », c’est en stature d’homme régénéré et non d’homme esclave du péché. On ne peut donc pas prendre ce verset en exemple pour expliquer la condition de l’homme pécheur esclave du péché.

    A moins que le développement ci-dessus parle d’une autre définition au mot nature, bibliquement parlant (c’est à dire le mot nature employé dans la bible) je ne rejoins pas trop la réponse apportée.

    Néanmoins, bon courage et bonne continuation !

    Bien fraternellement dans la paix du Christ,

    Samuel CHAIGNEPAIN

  5. Masson Alexis dit:

    Bonjour Briki,

    Vous reconnaîtrez qu’il est difficile de dire tout ce qu’il faudrait dire en moins de 10 minutes, le format de l’émission.

    Cordialement.

  6. Masson Alexis dit:

    Bonjour Xavier,

    La distinction que je faisais entre l’Occident et l’Orient était très schématique, peut-être trop, vous avez raison. Pour le reste, je crois que nous nous rejoignons. Je vous rejoins sur votre explication du péché originel : condamnation sans culpabilité (donc au sens d’un handicape plutôt que d’une punition). Ce n’est pas la nature humaine qui est amoindrie (ce qui ne voudrait rien dire, la nature étant ce qui la définit et ce qui est permanent dans la chose), mais sa condition qui a perdu sa plénitude. Je vous rejoins également pour dire que le Péché Originel rendait le sacrifice du Christ nécessaire.

    Cordialement.

  7. Masson Alexis dit:

    Bonjour Ludo,

    Vous avez raison d’insister sur le fait que l’homme peut aussi faire le bien. Même s’il a une tendance à faire le mal, le bien reste possible. Sinon celui-ci serait irresponsable. Jésus n’a pas parlé explicitement du péché originel, mais il a quand même abordé la question de sa lutte contre des puissances adverses, qu’il a vaincu à la Croix. La spiritualité à l’origine de notre asservissement a été combattue et vaincue par le Christ. (cf. Luc 10.18).

    Cordialement.

  8. Masson Alexis dit:

    Bonjour Samuel Chaignepain,

    Vous avez raison de précisez que le sens de lequel la bible entend le mot « nature » n’est pas nécessairement le même qu’en philosophie, par exemple. En philosophie, il s’agit de ce qui définit une chose, ce qui est permanent en elle. Une nature ne change pas. Il reste également la question suivante : De quel nature la Bible parle-t-elle ? La nature de l’homme en général (identique en Christ, Adam et nous-mêmes) ou de l’homme pécheur plus spécifiquement ? Par nature, tous les carrés ont quatre côtés, mais ils peuvent être de différentes couleurs, la couleur n’est pas une question de nature pour le « carré ». En revanche, pour un « carré jaune », par nature il est jaune, sans quoi il ne serait plus un carré jaune. Il ne faut donc pas oublier de dire précisément de quelle nature est-il question dans la Bible.

    Si vous entendez par « nature » ce que je préfère appeler « condition », alors nous nous rejoignons. Je pense que la nature humaine n’est ni bonne, ni mauvaise, car c’est la volonté qui rend l’homme responsable, bon ou mauvais (sauf si l’on entend par « bon » conforme à ce que Dieu a voulu, comme une table est bonne si elle correspond à ce que je voulais, sans qu’elle n’en soit responsable, en ce sens Dieu a créé l’homme « bon »). Le péché originel n’a pas altéré la nature humaine, qui est immuable et identique en Adam, Christ et nous-même (comme un carré aura toujours quatre côtés), mais sa condition. La potentialité de notre condition a été étouffée. Notre volonté elle-même tend au mal, assume le mal et s’asservit au mal, même s’il peut lui arriver de bien agir et de vouloir le bien, sporadiquement.

    Je pense que malheureusement nous ne précisons pas assez le sens des termes que nous utilisons, termes que nous n’utilisons pas toujours dans le même sens, ce qui est à l’origine de bon nombre de difficultés théologiques.

    Merci pour vos encouragement.
    Fraternellement.

  9. john dit:

    bonjour,
    Qui peut répondre à cela, Adam et eve pouvez il réellement faire autrement que de pécher? avez il réellement le choix dans leur condition en tant être humain ? il étais pas parfait, le parfait ne chute pas .Dieu ne leur laisse pas le choix , il leur donne lordre de ne pas en manger (GENESE 2:16). Si nous disons à notre enfant de ne pas manger les bonbons que nous laissons à leurs porté, que vont il faire ? en manger bien sur, si cela est une évidance pour nous, alors cela en étais une aussi pour Dieu en se qui conserne Adam et eve.

  10. Masson Alexis dit:

    Bonjour John,

    Le fait est que Adam et Ève ont voulu et même décidé de pécher. Ils étaient donc libre, ils n’ont pas été contraint par la force. Si vous laissez un bonbon à la portée de votre enfant en le lui interdisant, vous présupposez qu’il est libre. Vous présupposez que s’il va le prendre, c’est parce qu’il va le choisir et le vouloir. Si vous ne le lui mettez pas vous-même dans la bouche, c’est bien une décision de sa part qui fera qu’il le prendra. L’interdit présuppose toujours la liberté. On ne peux pas interdire à une pierre de ne pas tomber, tout simplement parce qu’elle n’a aucune volonté !

    Adam et Ève n’était pas parfaits, car ils n’étaient pas unis à Dieu. Cela, c’est la finalité de l’homme. En revanche, Adam et Ève correspondaient à ce que Dieu voulait : un homme et une femme libre non-pécheurs. Nous-mêmes, nous dépasserons Adam et Ève et accomplirons la finalité de l’humanité en nous unissant à Dieu. Nous ne serons pas comme Adam et Ève, mais plus qu’Adam et Ève, car nous feront un avec Dieu.

    Cordialement.

  11. Kindou de Guyane dit:

    Je cite « La science contemporaine a entamé la crédibilité de l’interprétation littérale du récit de la Chute. Adam et Eve, le premier couple de l’humanité, aurait été tenté par le diable sous la forme d’un serpent, de manger du fruit défendu. Ayant librement succombé à la tentation, ils introduisent la mort dans le monde. Mais la mort existait avant l’apparition de l’humanité. Le récit conserve toutefois une valeur symbolique : il explique le problème du mal par la liberté de la créature. L’humanité s’est éloignée de Dieu, la vie s’essouffle et se retrouve dominée par le diable. »

    Quelle séduction !

    «La science contemporaine a entamé la crédibilité de l’interprétation littérale du récit de la Chute»
    Avoir un bon raisonnement mais méconnaitre la science vous amène à cela, croire les fables d’hommes prétendant que la Genèse n’est pas littérale.

    Quant au péché originel, l’Écriture est assez claire. Le péché est entrée dans le monde, et par cela la mort a atteint tous les hommes.
    Tous les hommes naissent mauvais. Et l’homme né totalement dépravé. L’homme est spirituellement MORT. L’arminianisme mélangé au compromis avec la théorie l’évolution fait un grand mal.

    Sachez que nombres scientifiques soutiennent la Création biblique et que la théorie darwinienne (qui est une croyance et non science) est très loin de faire l’unanimité.

  12. Alexis MASSON dit:

    Bonjour Kindou,

    Le texte lui-même de la Genèse interdit une interprétation littérale, puisque les Chapitres 1 et 2 se contredisent sur l’ordre de la Création. Je ne connais aucun scientifique chrétien qui adhère littéralement et pleinement à la cosmologie biblique. Vous croyez à la création en sept jours ? Vous croyez que l’univers a moins de 10.000 ans ? Vous croyez que le soleil est en mouvement au-dessus de la terre ? Vous croyez que la terre est un disque plat flottant sur les eaux ? Il me semble que les preuves apportées par la science sont suffisantes.

    Concernant le péché, vous m’avez visiblement mal compris : car je pense comme vous que le péché est entré dans le monde et que par cela la mort a atteint tous les hommes. Je ne pense pas que les hommes naissent mauvais, mais dans un mauvais état et sont disposés au mal. L’homme est né totalement dépravé (selon la façon dont vous l’entendez) et est spirituellement mort. Je suis tout à fait d’accord. Où avez-vous lu le contraire ?

    Cordialement.

  13. Timothée dit:

    Bonjour Alexis,
    Tout d’abord je tiens à dire que j’aime beaucoup le travail en apologétique que tu fait que ce soit sur ce site ou ailleurs. Et je ne critique surtout pas ça.
    Cependant je tiens à te répondre sur ce sujet car je penses que tu te trompes sur ta façon de d’interpréter le récit biblique de la Genèse, je ne dit pas que j’ai obligatoirement raison et que j’ai la science infuse mais j’aimerais t’avancer quelques arguments et réponses :

    1 ) « Le texte lui-même de la Genèse interdit une interprétation littérale, puisque les Chapitres 1 et 2 se contredisent sur l’ordre de la Création. » dis-tu, les chap 1 et 2 ne se contredisent certainement pas ! tu peux lire http://www.gotquestions.org/Francais/deux-recits-creation.html ( FR ), http://creation.com/genesis-contradictions ( EN ) et http://creation.com/whats-in-a-name ( EN )

    2) Tu dis encore  » Je ne connais aucun scientifique chrétien qui adhère littéralement et pleinement à la cosmologie biblique. Vous croyez à la création en sept jours ? Vous croyez que l’univers a moins de 10.000 ans ? Vous croyez que le soleil est en mouvement au-dessus de la terre ? Vous croyez que la terre est un disque plat flottant sur les eaux ? Il me semble que les preuves apportées par la science sont suffisantes. » Voila des personnes qui croient que la terre à 10 000 ans, qui explique pourquoi la bible ne dit pas que le Terre est plate et que le soleil tourne autour de la Terre, et qui sont scientifiques : http://creation.com/ http://www.icr.org/ https://answersingenesis.org/fr/ ( liens en EN )
    http://www.genesisnet.info/ et http://www.progenesis.ch/ (n liens en Allemand ), http://aucommencement.net/blog/ ( en FR ) et voici une liste de nombreux scientifiques http://www.dissentfromdarwin.org/about_fra.ph tu as aussi al liste du site creation.com ==> http://creation.com/scientists-of-the-past-who-believed-in-a-creator#modern

    3)  » Non, on ne peut pas être rendu coupable des fautes d’autrui (cf. Ezéchiel 18.4). » Attention ce n’est pas être rendu coupable des fautes d’autrui, mais voici ce qu’il est écrit  » Ainsi donc, de même que par une seule faute la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte d’acquittement la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. En effet, tout comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, beaucoup seront rendus justes par l’obéissance d’un seul. » Romains 5:18-19, tout les hommes étant pécheurs à cause de la faute d’Adam, et bien ils sont tout sous la condamnation du péché. Ezechiel est je penses sortit de son contexte par rapport au problème du péché originel.

    Encore une foi je peux me tromper sur des points que j’ai traité, je ne suis pas infaillible, mais je tiens à dire que la bible l’est ! Surtout ne le prends pas mal je tenez juste à répondre à ce sujet.
    Fraternellement Tim.

  14. Alexis MASSON dit:

    Bonjour Tim,

    Ne sois pas inquiet, je comprends bien que tu sais faire la différence entre critiquer une idée (ici, une certaine interprétation de la Bible) et critiquer un domaine (ici, l’apologétique).

    1) J’ai lu tes liens concernant les deux premiers chapitres de la Genèse. C’est effectivement défendable.

    2) Le créationnisme Terre jeune me semble vraiment difficilement soutenable d’un point de vue scientifique. Pour la forme de la Terre et le géocentrisme, il faut peut-être distinguer la description biblique de son intention : il s’agit peut-être d’une description phénoménologique (compréhensible d’un point de vue humain non-éduqué) plutôt qu’ontologique (telles que les choses sont vraiment). Si c’est une description phénoménologique, alors nous ne pouvons rien connaître de la cosmologie biblique d’un point de vue ontologique… puisqu’il n’y en a pas. Dans tous les cas, on ne peut pas utiliser la Bible comme un livre de science, il ne semble même pas que ce soit son intention.

    3) Ezéchiel n’est pas le seul à affirmer que la culpabilité ne se transmet pas. Deutéronome 24.16 : « On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et l’on ne fera point mourir les enfants pour les pères; on fera mourir chacun pour son péché ». C’est un principe général : c’est le pécheur qui est puni. Romain 5 ne déroge pas à la règle, puisqu’il indique que « tous ont péché ». Mais Romains 5 indique aussi que le péché dépasse le cadre de la loi (puisque le péché n’est pas imputé en l’absence de loi, alors que des hommes sont morts avant Moïse). Romain 5 donne une dimension ontologique au péché : tout homme hérite du péché d’Adam, non pas en responsabilité ou culpabilité, mais comme corruption de son être, à l’image d’une maladie. Mais tout cela est un vieux débat entre le christianisme latin et le christianisme grec.

    Merci pour ton commentaire !

    En Christ,
    Alexis.

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.