Qui est responsable du mal naturel ? (Saison 3)

Qui est responsable du mal naturel ? (Saison 3)

C. KESSLER – « Pourquoi Dieu permet-il le mal naturel ? C’est la question que nous allons étudier dans cette émission Epistheo, avec le philosophe Alexis Masson. Pour commencer, de quoi s’agit-il ? »

A. MASSON – « Les philosophes distinguent deux types de mal : le mal naturel et le mal moral. Le mal moral est un mal provoqué par un être responsable. Tel est le cas, par exemple, d’un vol, d’un viol ou d’un meurtre. A contrario, le mal naturel n’implique pas de responsabilité, c’est un mal provoqué par un processus physique. Tel est le cas, par exemple, d’un tremblement de terre, d’un tsunami ou d’un ouragan. »

C. KESSLER – « S’il y a du mal dans la création, Dieu ne serait-il pas sadique envers ses créatures ? »

A. MASSON – «  Un sadique jouit de la souffrance. Si Dieu était sadique, cela impliquerait un manque en lui. Dieu aurait besoin de satisfaire une envie de faire souffrir. Or Dieu ne connaît ni le besoin, ni l’intérêt. Il est parfait, absolu et infini. Or on ne peut rien ajouter ou retrancher à ce qui est infini. La création est un acte totalement désintéressé, c’est un don gratuit. Le motif de la création n’est pas le sadisme, mais plutôt l’amour. Dieu étant amour, il est logique qu’il veuille une création libre, car il n’y a pas d’amour sans liberté. Et la liberté implique la capacité à faire le mal. Dieu est bon, il n’a pas pu vouloir le mal en tant que tel, mais il est également amour, il a donc pu vouloir que ses créatures puissent faire le mal. Il y a probablement un lien entre la liberté et le mal naturel. »

C. KESSLER – « Les hommes seraient-ils donc coupables du mal naturel ? »

A. MASSON – « Si l’univers est un système finement réglé par Dieu, où tous les éléments sont en interactions, la moindre désobéissance contre sa volonté risque d’entraîner des dommages importants. Il en va de même qu’un petit grain de poussière ou qu’une petite pièce rouillée peuvent totalement dérégler le mécanisme d’une horloge. C’est ce que l’on appelle le « péché originel ». Le mal moral peut impliquer des maux naturels. Dans une certaine mesure, les catastrophes écologiques le démontrent. Toutefois, cela ne suffit pas. Aucun acte humain ne peut provoquer un tremblement de terre. C’est un événement complètement naturel déterminé par des processus géologiques. Il serait grotesque d’invoquer la colère de Dieu, sachant que ce type d’événement tue aléatoirement, des grands criminels tout autant que des nouveau-nés. »

C. KESSLER – « Mais si ce n’est ni Dieu, ni les hommes, qui est responsable de ces maux ? »

A. MASSON – « Les maux naturels doivent avoir une cause à la mesure de leurs effets. C’est pourquoi un philosophe, Alvin Plantinga, assume l’hypothèse d’après laquelle Dieu aurait également créé des êtres surnaturels et libres, les anges et les démons. Mais Plantinga commet l’erreur de penser que les démons interviennent directement dans l’univers, alors que les tremblements de terre sont des processus purement géologiques. On peut corriger cette hypothèse en distinguant trois niveaux : Dieu, les anges et l’univers. Chaque niveau dépendrait existentiellement du niveau supérieur, mais aurait une complétude causale. Il n’y aurait donc pas intervention mais plutôt parallélisme entre les niveaux, de telle sorte que les maux naturels serait ainsi descriptibles en termes purement physiques. Alvin Plantinga est conscient que cette hypothèse est démodée, mais il rétorque que ce n’est pas un argument. Ajoutons qu’elle n’est pas plus ad-hoc que la théorie quantique des cordes. »

9 Réponses pour “Qui est responsable du mal naturel ? (Saison 3)”

  1. Memento dit:

    JMJ

    Je pense que les catastrophes naturelles n’en sont pas, ce sont seulement les pièces parfaitement huilées de la magnifique horloge du Créateur. Encore faut il ne pas laisser traîner son doigt dans l’engrenage, sinon il ne faut pas s’étonner de rencontrer la souffrance. Mais alors, est-ce bien juste de blâmer le Créateur pour cette souffrance ? Bien sur que non. C’est notre ignorance qui nous laisse aller et/ou rester en plein milieu du danger. Il est plus facile pour nos esprits limités de reconnaître dans un torrent impétueux une pièce nécessaire du puzzle de la création, une pièce nécessaire mais aussi dangereuse pour l’homme non averti (pour preuve les noyades relatée chaque année dans les faits divers). Un exemple pour finir, l’actualité récente nous a montré qu’un tremblement de terre à Port-au-Prince, même d’une magnitude peu élevée, fait plus de morts qu’un tremblement de terre d’une magnitude plus élevée au Japon, tout simplement car les japonais sont plus avertis en ce qui concerne les parades anti-sismiques. Cette différence dans le bilan des victimes n’est pas le résultat d’une colère divine, encore moins du hasard (qui n’existe lui aussi que dans l’illusion floue des limites de notre esprit).

    Je suis par contre tout à faire d’accord en ce qui concerne le mal moral.

    Bonne continuation.

  2. Masson Alexis dit:

    Memento,

    Mais pensez-vous que la mort et les maladies, qui sont des choses naturelles, ne sont pas des maux ? Pensez-vous que les tremblements de terre existeront aussi au Paradis ? Ne pensez-vous pas que le Paradis sera l’absence radicale du moindre mal ? Si le Paradis est possible (au moins logiquement), je pense que nous avons affaire à une difficulté avec le mal naturel, que la liberté humaine ne suffit pas à expliquer, et qui expliquer une liberté surnaturelle. Si ce monde est déjà parfait, alors le paradis sera identique, qu’en pensez-vous ?

    Cordialement.

  3. Memento dit:

    D’abort qu’est-ce que la mort ?

    Un enfant est il moins vivant dans le ventre de sa mère qu’une fois « né » ? Bien sur que non. De même nous ne somme pas moins vivant après la « mort » que nous le somme avant. La véritable question ici ne devrait pas tellement être celle de la « mort » mais plutôt la question de la souffrance et de la paix de l’âme, souffrance qui est dysharmonie et solitude là ou la paix est union avec Dieu, harmonie avec le Créateur et par extension avec sa création et ses créatures.

    Il faut aussi distinguer de quel paradis nous parlons. Celui du ciel avant la résurrection ? Ou celui sur terre d’après la résurrection ?

    Déjà il faut se mettre d’accord sur le fait que pour l’Homme, un paradis purement spirituel ne peut être la finalité de sa création, sinon cela voudrait dire que sa finalité est la même que celle des anges, d’être un auxilière de Dieu purement spirituel, ce qui voudrait dire que Dieu, pour créer le même serviteur dans sa hierarchie divine, aurait utilisé deux moyens différents, dont un moins efficient que l’autre, ce qui n’est pas à l’image de Dieu qui est parfait. La finalité ultime de l’Homme est donc d’être ce qu’il est déjà aujourd’hui (le péché en moins), un auxilière physique de Dieu doté d’une âme immortelle, cette finalité passe donc forcément par la resurrection, et garantie aussi l’incorruptibilité de la chair pour ceux qui assumeront ce qu’ils sont réellement dans la hierarchie de la création, à savoir, par le principe de subsidiarité par lequel Dieu montre son amour, des auxilières de Dieu dans le monde physique. Pour les autres, ceux qui refusent l’ordre établie par Dieu, ils sont libres de se damner et d’en subir les conséquences.

    Maintenant bien sur on peut se demander pourquoi attendre la résurrection ? Pour la même raison que nous avons du attendre Moïse et la lettre de la loi (adaptée à l’humanité infantile) puis le Messie pour l’Esprit de la loi (pour devenir à terme des adultes). C’est le processus progressif d’éducation de l’humanité par bonds qualitatifs. A noté qu’actuellement malgrè les mises en garde de notre Pére, nous ne l’écoutons pas, l’humanité n’en étant qu’à son adolescence. L’attente de la résurrection est nécessaire aussi pour confondre le méchant qui sinon se soumettrait à Dieu par malice et stratégie en voyant ses miracles.

    Quant aux maladies, elles ont leur utilité dans l’écosystème, et elles nous touchent car nous ne sommes pas ce que nous devrions être, nous ne sommes pas parfait comme notre Pére est parfait, nous sommes même en dégénérescence depuis le péché originel, de moins en moins en harmonie avec la création car de moins en moins en harmonie avec le Créateur… Jusqu’au jour du jugement. Alors, ceux qui se seront endormis dans la mort, qui se seront purifiés en arpentant les chemins périlleux du purgatoire pour finalement contempler Dieu et s’unir à Lui, alors ces et ces hommes nouveaux se réveilleront dans leur corps glorieux pour être ceux qu’ils sont réellement, les gardiens du monde physique. Comment alors imaginer que nous puissions subir un quelconque mal de ce dont nous seront les gardiens ?

  4. jla dit:

     » les tremblements de terre sont des processus purement géologiques.  »

    Si Dieu est le « créateur du ciel et de la terre », ce ne peut être que lui qui a déterminé les lois qui régissent l’univers : celles-ci ne peuvent être indépendantes de, ni antérieures à sa volonté (d’où viendraient-elles ?) Donc, les « processus purement géologiques », de même que les processus physiques, chimiques ou biologiques, sont ce qu’ils sont parce que Dieu l’a voulu. Plus précisément, si Dieu a créé la terre et si ces mots ont un sens qui ne soit pas trop éloigné de celui qu’ils ont dans le langage courant, c’est également lui qui l’a dotée d’une croûte constituée de plaques dont les mouvements provoquent les tremblements de terre. Ces  » processus purement géologiques  » sont donc des conséquences (éventuellement indirectes) de la volonté de Dieu.

  5. Masson Alexis dit:

    Dieu est la cause première et les anges sont la cause seconde (ou intermédiaire). Dieu ordonne aux anges d’accomplir son projet, mais ceux-ci, puisqu’ils sont libres, peuvent y introduire du mal. S’ils avaient parfaitement obéis, nous aurions eu un univers physique sans mal physique. Mais puisque certains d’entre eux ont désobéi, nous avons un univers qui, structuré tel qu’il est, contient des maux. Ultimement, Dieu est la cause de toute chose. L’univers est produit par les anges, qui eux-mêmes sont créés par Dieu. Même si Dieu est la cause ultime, cela ne veut pas dire qu’il fait tout immédiatement. Nous en avons un bon exemple à propos du livre de Job. Bien que ce soit le diable qui maltraite Job, celui-ci affirme que son mal vient de Dieu, sans qu’il dise quelque chose de faux en affirmant cela.

  6. JMH dit:

    Bonjour Monsieur Masson et toutes et tous,
    Afin de pouvoir donner la vie par Amour, Dieu a créé je pense différents univers car je pense à l’image des bulles de savon dans la baignoire. En prenant cette image de la baignoire, Dieu serait pour moi la baignoire entière avec l’eau. Dieu à alors créé par Amour les différents univers afin de pouvoir donner la vie. Et c’est que montre la Patience et l’Eternité de Dieu notre Parent, pour avoir la vie sous toutes les formes possibles, il faut laisser du temps et avoir des changements. Les bulles de savon n’aurait jamais existé si du savon n’avait pas été mélangé à l’eau, tout comme la Vie dans les différents univers n’auraient jamais existé si l’Amour n’était pas en Dieu :-). Donc pour avoir une évolution, il faut avoir différents chocs. Si l’apesenteur n’avait pas existé, les gazs à l’origine ne se seraient pas rassemblés et formé les différents composants de notre univers, il n’y aurait pas eu les premières étoiles qui auraient créer les différentes galaxies, etc… Sans le choc de l’évolution, il n’y aurait jamais eu les premiers mamifères et les hommes n’auraient jamais vu le jour. Sans les météorites qui tombent sur notre planète, il n’y aurait jamais eut de l’eau sur notre planète, la nature, les dinosaures exterminés, …. J’en déduit donc par là que le mal naturel n’est ni plus ni moins qu’un changement d’un état vers un autre.
    Je pense que notre mort physique qui est effectivement un mal n’est qu’un passage qui peut être très douloureux. Les souffrances physique ou morale que nous endurons tout au long de notre vie ne doivent pas être persue comme une punition de Dieu, mais je pense plutôt comme un moyen de nous développer.
    Il y a très beau texte dans l’ancien testament qui explique le pourquoi des maux dans notre univers dont voici un résumé :
     » Malgré le caractère juste de Job, Job supporte avec résignation la perte de ses biens, de ses enfants, ainsi que les souffrances de la maladie. Puis il supporte de même les réprimandes de trois de ses amis, sans renier une fois son Dieu. Dieu lui expliquera ensuite qu’il ne faut pas juger ses jugements avec des vues d’Homme, et le rétablira dans toutes ses possessions, doublées. Il eut sept fils et trois filles qui périrent dans l’effondrement de la maison de leur frère aîné au début de ses épreuves. Puis à nouveau sept fils et trois filles lorsque Dieu le rétablit à la fin du récit.  » Satan n’a donc aucun pouvoir de nous faire du mal si Dieu ne lui en a pas donné l’autorisation. Après Jésus Christ, la Vierge Marie et Saint Joseph, Job est l’un des personnages que j’admire et que « j’envie » pour sa force d’amour à rester fidèle à Dieu quelques soit les malheurs qui lui sont arrivés. …
    Que Dieu vous Bénisse toutes et tous,
    Bien à vous :-)

  7. Justin dit:

    Bonjour,
    les discussions sont vraiment intéressantes mais, néanmoins, je me pose la question du sens de vos interrogations, dans l’optique chrétienne ! (Car je suppose qu’humainement, toute personne se poserait ces questions du sens au mal physique.)

    Pour illustrer mon propos, j’aimerais citer le contenu de l’alliance noachique: « Lorsque j’amoncellerai les nuées au-dessus de la terre, et que l’arc apparaîtra dans les nuées, je me souviendrai de l’alliance que j’ai conclue avec vous et avec les êtres vivants de toute espèce, et les eaux ne causeront plus un déluge anéantissant toute créature. » (Genèse, chapitre 9, versets 14 et 15)

    Ainsi, à la lumière de ce verset, pensez-vous qu’il faut voir, dans les phénomène physique, la volonté (directe) de Dieu ? Car, si je lis correctement, il est mentionné deux choses:
    1. Si Dieu avait la volonté de reproduire le déluge, Il saurait se souvenir de son alliance, et se raviserait.
    2. Si, toute de même, un déluge apparait, il ne faudrait pas y voir la main de Dieu, justement à cause de cette alliance; car Dieu s’est volontairement *retiré*.

    Pensons encore à Job: « […]Nous acceptons le bonheur de la main de Dieu; ne devons-nous pas aussi accepter le malheure ? » (verset 10, chapitre 3). Or, Job fut accablé par le diable, et Dieu a autorisé ces maux, sous quelques réserves néanmoins. La dernière fois qu’Il accepte, Il dira je pense: « Soit, il [Job] est en ton [Satan] pouvoir; épargne seulement sa vie. » (verset 6, chapitre 3). On observe ici deux éléments:
    1. Les anges de Dieu portent la main sur les hommes, ou les aide dans leurs quêtes (voir Tobie)
    2. Dieu lui-même n’est, à nouveau, pas toujours très impliqué dans les maux qui arrivent aux hommes et, surtout, permet les épreuves.

    Je pose alors cette question: Dieu ne s’est-il pas volontairement retiré de la cause des maux physiques (maladies, catastrophes, mais la mort aussi, n’est-ce pas ?), pour une raison qu’il resterait encore à déterminer (alliance noachique, ou simplement une réponse historique aux maux physiques; car la religion est aussi une construction historique tout autant qu’une construction raisonnée). Quel sens, donc, d’après vous, à voir derrière les « catastrophes », la main directe de Dieu ? (Et à ceux qui avanceraient des arguments d’omnipotence, je serais tenter de répondre que les cours d’eau les plus fertiles à la vie ne sont pas les marécages, dont les contraintes sont infiniment ténues et qui s’étendent à tout, mais au contraire les torrents qui ont su se retirer; Genèse, récit de la création: ce n’est qu’une fois que les eaux ont pu se retirer, laisser de la place pour la terre, que la vie y apparut.)

    Qu’en pensez-vous ?

  8. Masson Alexis dit:

    Bonjour Justin,

    Vous n’envisagez pas que Dieu aime inconditionnellement et créé toute sorte de créatures, y compris des créatures surnaturelles commettant par voie indirecte le mal naturel ?

    Cordialement.

  9. briki dit:

    ce qui me cause problème dans la création c’est le sort de tous les animaux ,des plus petits aux plus grands , chez eeux pas de péché originel et pourtant il y a cette
    souffrance indicible , cette lutte à mort quotidienne, cette cruauté…ils partagent notre sort sans être responsables, bref cette violence qui existe dans le monde animal et végétal….comment l’expliquer avec l’amour d’un dieu créateur ?
    merci de me répondre

Écrire un commentaire


Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web Annuaire Chrétien Francophone


Google Analytics


Qu’est-ce que la philosophie analytique de la religion ? La philosophie est l’étude des questions fondamentales. La philosophie analytique est une méthode en philosophie qui insiste sur l’analyse logique des thèses et des arguments. La philosophie analytique de la religion est une branche de la philosophie analytique. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la valeur de l’expérience religieuse, et même des doctrines chrétiennes spécifiques telles que la Trinité, l’Incarnation et l’Expiation. Qu’est-ce que l’apologétique ? L’apologétique est la défense rationnelle de la foi. Elle traite de l’existence de Dieu, du problème du mal, de la crédibilité de la révélation, de l’existence et de la résurrection du Christ. L’apologétique peut être négative ou positive. L’apologétique négative consiste à réfuter les objections contre le christianisme. L’apologétique positive consiste à apporter des arguments en faveur du christianisme.